Connexion
Tornade de Mascouche : Environnement Canada donne des détails

Personne ne l'a vue venir, même les météorologues d'Environnement Canada. La tornade de Mascouche qui a ravagé le coeur de la ville sur une trajectoire d'environ trois kilomètres, ce lundi 21 juin en après-midi, est totalement passée sous le radar.

Avec très peu d'éclairs et de pluie dans le secteur, l'orage en cours ne représentait pas un risque énorme.

« La cellule qui s'est générée près de Mascouche ne contenait pas les ingrédients typiques de ce qu'on voit, on ne voyait pas de rotation dans le nuage donc on ne voyait pas de rotation sur le radar », a affirmé Simon Legault d'Environnement Canada à Narcity Québec.

Que s'est-il passé?

Lorsque les cellules orageuses deviennent très vigoureuses et donc dangereuses pour certains secteurs peuplés selon les indications des radars, les météorologues émettent immédiatement une alerte.

À Mascouche, ce n'est qu'une alerte de veille d'orages qui a été émise à 4 h 56 alors qu'une tornade de 180 à 200 km/h allait frapper la ville.

« On couvrait un territoire de l'Outaouais jusqu'en Mauricie, Québec et pour l'Estrie aussi donc c'était un vaste territoire parce que là-dedans on retrouvait les ingrédients pour faire du temps violent », a affirmé Simon Legault.

Pourtant, à 16 h 50, une alerte tornade a été lancée dans les secteurs de Lévis, Saint-Lambert et Lotbinière. Tous ont été épargnés, heureusement.

Sur les radars on pouvait constater qu'il y avait « très peu d'éclairs [...] pas nécessairement beaucoup de pluie, donc ce n'était pas un orage qui avait le potentiel de devenir violent, mais on constate que chaque orage a quand même ses menaces, donc faut prendre au sérieux chaque fois qu'on a des avertissements », poursuit le météorologue.

Est-ce un phénomène rare au Québec?

Les tornades passent bien souvent inaperçues lorsqu'elles évitent les milieux urbains : le ratio entre le nombre de villes et d'endroits inhabités est élevé au Québec. Chaque année, le nombre varie grandement et plusieurs ne sont pas immédiatement rapportées puisqu'elles sont détectées bien après leur passage en milieu forestier, selon Environnement Canada.

« On dit environ sept tornades en moyenne par année au Québec, mais ça peut varier de deux [à] trois [à] 12 [à] 14, c'est très variable. On n'est quand même pas les États-Unis où il y en a des tonnes et des tonnes chaque année », fait remarquer Simon Legault.

Est-ce que le nombre de tornades va augmenter au Québec?

Il y aura d'autres tornades cet été, cela ne fait aucun doute. Les contrastes importants de chaleur et l'humidité provoquent des conditions idéales pour l'apparition de ce phénomène météorologique. Cependant, les tornades ne devraient pas augmenter drastiquement dans les prochaines années à cause des changements climatiques, d'après Environnement Canada.

« Peut-être que la période de l'été où on constate des tornades va être un petit peu plus longue, mais d'avoir les ingrédients pour former une tornade c'est quand même particulier. [...] Les tornades ne semblent pas être quelque chose qui va se transformer à travers les années », constate Simon Legault.

À noter que l'écriture inclusive est utilisée pour la rédaction de nos articles. Pour en apprendre plus sur le sujet, tu peux consulter la page de l'OQLF.

Reste informé
Reçois quotidiennement les dernières nouvelles pour la ville Montréal dans ta boîte courriel.