Il semble que plusieurs milliers de Montréalais et de Montréalaises aient décidé de quitter la métropole en 2020, selon les récentes données de l'Institut de la statistique du Québec. 

L'Institut a publié ce jeudi son dernier bulletin sociodémographique du Québec et Montréal se trouve parmi les régions où l'on enregistre un ralentissement de la croissance.

La sélection de l'éditeur : Voici ce que tu pourrais déduire de tes impôts cette année au Canada

62 936 Montréalais ont quitté l'Île en 2019-2020

En 2019-2020, ce sont près de 27 000 personnes qui se sont établies sur l’île de Montréal, alors que près de 63 000 ont décidé de prendre leurs jambes à leur cou.

L’ISQ précise dans son rapport que « le taux d’accroissement est passé de 18 pour mille en 2018-2019, un des plus élevés du Québec, à seulement 2 pour mille en 2019-2020, soit l’un des taux les plus faibles ».

« Il s’agit de son plus lourd déficit depuis que les données sont disponibles, soit depuis 2001-2002 », précise le rapport.

« Montréal est la seule région où le nombre de sortants a augmenté au cours de la dernière année », explique l’ISQ, précisant que c’est une baisse des nouveaux arrivants qui explique « la détérioration » du bilan.

Ces variations entre régions pourraient être expliquées par la pandémie de COVID-19, écrit l’ISQ, qui a eu « des effets importants sur plusieurs des composantes de l’accroissement démographique ».

Parmi les régions ayant eu une croissance démographique accélérée dans la dernière année, on y retrouve les Laurentides, Lanaudière, la Mauricie, l’Estrie et Chaudière-Appalaches.