Sign in
FR - Nouvelles

Voici ce qu'il se passe avec les employées congédiées après la mort de Joyce Echaquan

Auront-elles le droit de continuer à pratiquer?
Mort de Joyce Echaquan : Voici ce qu'il se passe avec les employées congédiées
CISSS de Lanaudière | Facebook, Google Maps

La mort de Joyce Echaquan, décédée sous les insultes racistes d’employées de l’hôpital de Joliette aura indigné une majorité de Québécois. Maintenant, que se passe-t-il avec les employées congédiées dans la foulée des événements ? 

Attention, nous désirons vous avertir que cet article contient du contenu graphique qui pourrait choquer certains lecteurs.

« Ostie d’épaisse de tabarnouche », « C’est mieux mort, ça. » ou « T’as fait des mauvais choix, ma belle. C’est meilleur pour fourrer qu’autre chose. » Ce sont sur ces derniers mots que Joyce Echaquan a été traitée à l’hôpital de Joliette, le 28 septembre dernier.

En contrepartie, ce sont ces dernières paroles qui ont mené au congédiement de l’infirmière et de la préposée aux bénéficiaires (PAB) qui ont été filmées par la victime.

La sélection de l'éditeur: Québec veut embaucher 2 000 personnes dans les écoles et c'est payé plus de 20$/h

Ont-elles toujours le droit de pratiquer leur métier?

Bien qu’elles aient été congédiées de leur poste au Centre Hospitalier de Lanaudière (CHDL) de Joliette, l’infirmière et la préposée aux bénéficiaires en question ont toujours le droit de pratiquer leur métier respectif.

L’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ) précise à Narcity que le permis n’est pas suspendu ni révoqué « pour le moment », puisque « le processus d’enquête suit son cours ».

« Il faut que la Direction du Bureau du Syndic recueille les éléments de preuve avant de déposer une plainte et de porter des accusations contre un membre devant le Conseil de discipline », ajoute l’OIIQ.

D’ici là, tant pour la PAB que l’infirmière, les établissements de santé ont la responsabilité de faire « les vérifications nécessaires » du membre qui pourrait convoiter un autre poste, ailleurs, comme les références et les antécédents.

Y a-t-il un Ordre pour les préposés et préposées aux bénéficiaires?

Non, mais ils ont toutefois accès à la Fédération des préposés aux bénéficiaires du Québec (FPBQ), une association volontaire. Son président-directeur général, Michel Lemelin, croit qu’il faudrait mettre en place un Ordre pour les PAB.

« S’il y avait un semblant d’Ordre professionnel, un encadrement, une adhésion obligatoire et qu’elle était cadrée, ce serait différent [...] surtout dans des situations où le comportement était complètement inadéquat dans le cadre de la profession », a affirmé M. Lemelin en entrevue téléphonique avec Narcity.

Quant à la radiation temporaire ou définitive de la PAB, le PDG de la Fédération se demande lui-même ce qu’il en adviendra.

« C’est bien beau congédier la PAB, donner satisfaction à la famille, mais ça ne garantit pas que cette personne-là ne se retrouvera pas à nouveau dans le réseau », avoue-t-il, somme toute inquiet.

Quelle est la suite des choses?

Comme l’a mentionné l’OIIQ, une enquête est en cours, afin de savoir ce qui adviendra de l’infirmière membre de l’Ordre.

Le gouvernement du Québec a d’ailleurs demandé une enquête du coroner afin de faire la lumière sur l’histoire ayant coûté la vie à cette Atikamekw de 37 ans et mère de sept enfants.

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, a d’ailleurs tenu a précisé, hier, qu’il laissera le coroner « prendre acte de ce qui est arrivé et, à ce moment-là, on prendra une décision ».

Michel Lemelin, lui, affirme que s’il était président d’un Ordre professionnel pour les PAB, il n’hésiterait pas à enclencher une enquête et à radier, du moins temporairement, la préposée.

Photo de couverture utilisée à titre indicatif seulement. 

Elle n'est pas nécessairement l'athlète la plus connue du Québec, mais ça ne l'empêche pas de briller aux Jeux paralympiques Tokyo 2020. La Québécoise Aurélie Rivard a remporté cinq médailles en cinq épreuves depuis le début de l'évènement international et elle n'a pas fini d'impressionner la galerie, alors qu'elle pourrait revenir au pays décorée d'un sixième titre.

Les Jeux de Tokyo sont sur le point de prendre fin, ce dimanche 5 septembre. Il y a pas mal d'athlètes canadien.nes qui ont profité de leur passage dans la capitale nippone pour mettre la main sur plusieurs médailles. Aurélie Rivard ne fait pas exception à la règle, puisqu'elle terminera son séjour à Tokyo au 200 mètres quatre nages individuel en paranatation prévu ce vendredi 3 septembre.

Continuer à lire Show less

À l'instar de la Colombie-Britannique, du Manitoba et du Québec, l'Ontario a décidé d'emboîter le pas quant à l'instauration d'un passeport vaccinal pour ses citoyens et citoyennes. Avec leur nouvelle preuve de vaccination, les Ontarien.nes pourront avoir accès à plusieurs lieux et activités non essentielles.

Le gouvernement de Doug Ford a présenté ce mercredi 1er septembre les grandes lignes de ce nouveau certificat vaccinal temporaire qui entrera en vigueur le 22 septembre prochain, lors d'une conférence de presse. Il a rappelé son souhait d'un passeport pancanadien plutôt que par province.

Continuer à lire Show less

La Sureté du Québec (SQ) du Bas-Saint-Laurent est aux aguets, alors qu'une alerte AMBER a été déclenchée tard, mardi le 31 août, pour retrouver un petit bambin de trois ans, vraisemblablement enlevé par son père.

Selon les informations de l'alerte, Jake Côté aurait été enlevé mardi vers 13 h 45 à Sainte-Paule, en périphérie de Matane, par son père David Côté, 36 ans. Ils auraient été vus tous les deux pour une dernière fois dans la rue Banville aux alentours de 17 h 15.

Continuer à lire Show less

Les « jeunes » sont-iels vraiment désintéressé.es par la politique? Pas nécessairement. Que ce soit pour parler de crise du logement, d'environnement ou d'emploi, les 18-34 ans sont là pour faire entendre leur voix et leurs votes ont un impact sur les élections fédérales, selon la députée libérale sortante Mélanie Joly.

Qui ne se souvient pas de la première fois qu'iels ont fait un « X » à côté de son ou de sa candidat.e préféré.e parce qu'iel répondait à ses besoins en tant que citoyen.ne? Le droit de vote, ça le dit, c'est un droit acquis et aller l'exercer, « c'est vraiment important », souligne-t-elle à Narcity entre deux séances de porte-à-porte.

Continuer à lire Show less