Sign in
Olympiques de Tokyo : Nick Hoag entrainé par son père pour la dernière fois

C'est l'histoire d'un père entraîneur et de son fils volleyeur qui croyaient en leurs chances de médailles aux Olympiques de Tokyo, mais qui se sont inclinés face à la puissante formation russe ce mardi 3 août. Une défaite crève-coeur en quart de finale, qui marqua aussi l'aboutissement d'une histoire hors du commun pour la famille Hoag.

Après avoir évolué sous sa supervision pour deux éditions des Jeux olympiques, le Québécois Nicholas Hoag a livré un message rempli de tendresse à son père qui en était à ses derniers moments en tant qu'entraîneur de l'équipe de volleyball canadienne.

« Voilà cinq ans que c'est arrivé. J'ai toujours eu le sentiment que tu n'avais pas fini. Mais à présent, c'est différent. Je sais que tu as fini ce chapitre de ta vie... et quel chapitre ça a été », a écrit Nick Hoag en légende d'une publication Instagram où on le voit dans les bras de son père, Glenn.

Les deux hommes ont disputé les Olympiques de Rio côte à côte en 2016, et Glenn Hoag avait signifié son intention de tirer sa révérence après que son équipe ait obtenu une cinquième place dans la compétition. Toutefois, le départ inattendu de son successeur à la barre de l'équipe en 2018 le poussa à reprendre du service.

« Tu as dédié les quinze dernières années de ta vie à créer quelque chose d'incroyable et de spécial. Tu as créé un lien de confiance non seulement avec tes joueurs, mais avec tout le monde qui a travaillé avec toi. Maintenant, c'est le moment de profiter de ta vie et relaxer. S'il te plaît, relaxe », a ajouté Nicholas Hoag.

Comme le montrent les photos de la publication du volleyeur, les deux hommes étaient émotifs ce 3 août après leur dernière rencontre ensemble.

« Je suis si fier de toi que c'est difficile de le décrire. En tant que fils, je t'aime. Ces Olympiques n'étaient pas seulement pour le Canada, mais pour toi Glenn. Merci », a-t-il conclu.

À noter que l'écriture inclusive est utilisée pour la rédaction de nos articles. Pour en apprendre plus sur le sujet, tu peux consulter la page de l'OQLF.

La tension est palpable sur les réseaux sociaux quant à savoir si le psychopathe de District 31, Yanick Dubeau, est réellement mort ou s'il fera un comeback. Au grand dam des fans de la série chouchou de la province, Patrice Godin, va péter leur bulle.

Au micro de Paul Arcand, sur les ondes du 98,5 FM, l'acteur et comédien a finalement démenti les rumeurs entourant l'avenir de son personnage malaimé, mais ô intrigant, alors qu'il était de passage pour parler de son nouveau livre, Toutes les vies possibles.

Continuer à lire Show less

Plus le temps passe, plus la quatrième vague de COVID-19 prend du terrain d'un bout à l'autre du pays. Pour contrer le tout, de plus en plus de provinces canadiennes ont opté pour l'instauration d'un passeport vaccinal pour avoir accès à différentes activités non essentielles.

Que ce soit pour aller prendre un verre au bar du coin, manger une bouchée au restaurant d'à côté ou lever des poids au gym du quartier, ce ne sont pas toustes les Canadien.nes qui y ont accès. L'objectif est d'abord d'aplatir la courbe d'infections causée en grande partie par le variant Delta.

Continuer à lire Show less

Pour une deuxième journée d'affilée, les échanges entre les député.es au Salon bleu de l'Assemblée nationale n'ont pas tous été harmonieux. Le premier ministre François Legault et le solidaire Gabriel Nadeau-Dubois se sont respectivement traités de « woke » et de « monarque ».

Décidément, la courtoisie a pris le bord, en cette rentrée parlementaire. Tout a débuté lorsque le député de Gouin pour Québec solidaire a lancé une flèche au premier ministre caquiste lors de la période de questions de ce 15 septembre, en le comparant à Maurice Duplessis, en lien avec la Loi sur la laïcité de l'État.

Continuer à lire Show less