Recherche sur Narcity

Une enquête est ouverte pour trouver qui a publié la photo du député québécois nu sur Zoom

« Il s'agit d'un acte cruel, mesquin et potentiellement criminel. »
Éditrice junior, Narcity Québec
Une enquête pour William Amos

La fameuse photo du politicien William Amos nu sur Zoom qui a fuité sur Twitter et dans les médias, le 13 avril, a mené le leader du gouvernement, Pablo Rodriguez, à demander une enquête approfondie à la Chambre des communes pour le cas de son collègue de Pontiac.

Le député William Amos a lui aussi mentionné dans une publication Facebook qu'il s'attendait à une enquête, puisque la photo a été partagée « sans [son] consentement ».

La sélection de l'éditeur : Une agence de casting cherche des clients du Walmart pour un tournage et c'est payé 3500 $

Pourquoi il y a une enquête?

Dans le règlement de la Chambre des communes, il est interdit de prendre des photos.

« Seuls les photographes officiels employés par la Chambre des communes sont autorisés à prendre des photos en cours de séance; même les députés n’en ont pas le droit. »

Dans sa déclaration, M. William Amos explique :

« Je trouve regrettable que quelqu’un a partagé, sans mon consentement, une photo sur laquelle je changeais mes vêtements et qui provenait d’un flux vidéo dont seuls les députés ou un très petit nombre de membres du personnel avaient accès. Personne ne mérite de subir un tel préjudice. »

Et même si l'incident s'est déroulé pendant une séance virtuelle, une personne qui publie, distribue, transmet, vend ou rend accessible une image intime sans le consentement de la personne est coupable d'un acte criminel, selon le Code criminel du Canada.

À quoi va servir l'enquête? 

La demande d'enquête de Pablo Rodriguez a été approuvée par le président de la Chambre des communes, Anthony Rota.

William Amos est également soutenu par le Whip en chef du gouvernement, l’Honorable Mark Holland.

« Nous devons savoir qui est responsable de la fuite d'images non consensuelles provenant d'un flux vidéo privé. Nous devons également nous assurer que la vidéo prise par cette personne est supprimée afin que d'autres violations de la vie privée et de la décence ne soient pas possibles », a-t-il indiqué dans un communiqué.

« Il s'agit d'un acte cruel, mesquin et potentiellement criminel. », a conclu M. Holland en demandant l'aide des autres membres du parlement pour trouver les responsables.

Qu'est-ce que la personne responsable risque?

La personne responsable risque, selon le Code criminel du Canada, un emprisonnement maximal de cinq ans.

Dans les deux cas, que ce soit un député ou un membre du personnel, le responsable pourrait être renvoyé et pourrait faire face à des accusations devant la justice.

Selon M. Holland, les whips du Bloc et du NPD ont affirmé que cela ne viendrait pas de leurs bureaux.

« Ils ont tous deux exprimé leur sympathie et ont expliqué de manière convaincante que cette violation de la vie privée ne s'est pas produite de la part de leurs bureaux. »

Recommandé pour toi

Loading...