Voyager bleu est de toute évidence populaire auprès des Québécois, alors que les frontières sont fermées et les vols non-recommandés. La Gaspésie s’est vu être envahie par des touristes indisciplinés et la députée de Gaspé réclame encore plus de policiers pour les gérer.

Québec doit envoyer un « message fort aux touristes fautifs », mentionne la députée de Gaspé pour le Parti Québécois, Méganne Perry Mélançon, par voie de communiqué.

« L’enjeu est important, la saison touristique se poursuivra pour plusieurs semaines encore et les moyens locaux sont trop limités pour nous permettre de faire respecter notre territoire », est-il écrit.

La députée a trois demandes au gouvernement de François Legault :

  • Une visite de la ministre de la Sécurité publique Geneviève Guilbault sur le territoire gaspésien pour faire un appel à la civilité et rappeler les règles;

  • Un budget spécial pour retrouver davantage de patrouilleurs de la Sûreté du Québec pour la saison estivale et augmenter l'affichage des règlements municipaux et

  • Une surveillance particulière des plages pour éviter qu'elles se transforment en lieu d'hébergement improvisé.

« Cette année, nous vivons une situation sans précédent qui nous oblige à intervenir, affirme Mme Perry Mélançon. En plus de rendre difficile la cohabitation avec les écosystèmes fragiles des plages de la Gaspésie, nous nous retrouvons avec des lieux publics remplis de saletés qui viennent ruiner nos magnifiques paysages. »

La députée de Gaspé ajoute que le partage du territoire avec « nos compatriotes québécois [...] tout le monde y gagne, mais tout le monde doit y mettre du sien ».

Il s'agit du second appel à la civilité de la députée péquiste dans les derniers jours.

Depuis quelques semaines, une vague massive de touristes d'un peu partout au Québec se fait sentir dans la région, et ce, sans réservations.

Cela occasionne « des problèmes de salubrité, de coexistence avec les citoyens de la région et des rassemblements trop serrés en période de pandémie », peut-on lire dans le communiqué.

Les touristes semblent décider d’occuper des espaces non aménagés pour le camping, dont les plages de la région.

Des déchets, des excréments, des bancs d’autos et des tentes abandonnées ont entre autres été retrouvés sur différentes plages de Gaspésie.

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter