Le 28 avril dernier, la Ville de Montréal a pour la première fois recommandé publiquement le port du couvre-visage lorsque la distanciation physique de deux mètres est impossible. Depuis, plusieurs ont écouté ces recommandations et se sont mis à adopter le masque. La Ville de Côte Saint-Luc a décidé de ne pas faire les choses à moitié et de rendre obligatoire le port de celui-ci dans certains lieux publics.

Le règlement 2557 a été adopté lors de la séance du conseil de la Ville de ce 1er juin.

Ce décret, qui est déjà en vigueur et viendra à terme le 31 août prochain, prévoit que le couvre-visage soit exigé dans les édifices municipaux, comme les bibliothèques, et à l'intérieur des commerces.

« Il exige également la présence de désinfectant pour les mains dans les immeubles à appartements et les condominiums », peut-on lire dans un communiqué publié par la Ville ce 2 juin.

Ainsi, un commerçant ne pourra autoriser l'entrée de clients qui ne portent pas de masques. 

Alors que les clients en tant que tels ne recevront pas d'amendes, les établissements et gestionnaires, eux, pourraient y goûter, prévient le règlement 2557.

« En général, l’application du règlement sera faite dans les établissements commerciaux lorsqu’un programme de sécurité et de surveillance n’est pas complet ou n’est pas mis en œuvre. »

Il ira de même dans les immeubles d’appartements et les copropriétés, où certains pourraient recevoir des amendes si aucun mécanisme de lavage des mains ou affiches ne sont installées.

Les amendes prévues pour ceux qui ne portent pas de masques dans les édifices municipaux pourraient osciller entre 100 $ et 500 $, et peuvent être doublées en cas de récidive.

Les commerces laissant entrer des clients sans lesdits couvre-visages, eux, pourraient devoir payer entre 200 $ et 500 $ pour une première infraction.

Certaines exceptions existent. Si le masque empêche quelqu'un de respirer adéquatement ou s'il a des problèmes de santé tels que l'asthme, les handicaps cognitifs et les difficultés d'audition, il n'aura pas à le porter.

La Ville indique que, même si ce règlement est effectif dès maintenant, « un délai de grâce sera accordé aux immeubles d’appartements et aux copropriétés pour installer les éléments requis ».

Les établissements commerciaux profiteront eux aussi d'un délai pour mettre en place leur programme.

Côte Saint-Luc distribuera d'ailleurs des couvre-visages à ses citoyens, mais en attendant, l'arrondissement les encourage à s'en procurer ou à s'en fabriquer de manière artisanale.

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter