Mis sur pied pour tenter de pallier rapidement les méfaits de la pandémie sur l'économie du Québec, le projet de loi 61 fait couler beaucoup d'encre. En effet, depuis son annonce le 3 juin dernier, plusieurs Québécois réagissent, tentant de faire entendre leur mécontentement, entre autres. Une pétition contre le projet de loi 61 circule d'ailleurs en ce moment et récolte déjà plus de 115 000 signatures.

Adressée au gouvernement du Québec en général et au premier ministre François Legault en particulier, la pétition est une initiative de la citoyenne Élizabeth Dufresne-Gagnon.

Sur la page, les citoyens signataires expliquent longuement les raisons qui motivent leur désaccord avec le projet de loi. La pétition s'amorce toutefois en remettant les choses dans leur contexte.

« La crise actuelle a amené le Québec à se mettre à genou devant cette crise sanitaire mondiale. Cette pétition ne vise pas à juger vos mesures (obligations) prises jusqu’à maintenant. Nous comprenons que vous étiez très à l’écoute des recommandations de l’OMS. »

Le texte énumère ensuite les différents désaccords des citoyens, qui concernent l'immunité judiciaire, l'expropriation et l'environnement, pour ne nommer que ceux-là.

« Peu importe qui est au gouvernement, nous ne pouvons vous accorder à vous ou à d’autres un tel pouvoir, et ce, sans contrainte dans le temps, car ces mesures exposent notre vulnérabilité face à ce que nous avons de plus précieux : nos droits et libertés fondamentales », se termine le texte.

Au moment d'écrire ses lignes, la pétition compte 115 671 signatures, et ça continue d'augmenter.

Via les réseaux sociaux, les différents partis d'opposition présents à l'Assemblée nationale du Québec tentent aussi de discréditer le projet de loi 61 depuis son annonce et semblent tous s'accorder sur la question.

« L’opposition fait front commun et exige le retrait des articles abusifs », a écrit Gabriel Nadeau-Dubois, de Québec solidaire, via Twitter.

« Le #PL61, dans sa forme actuelle, pose problème », soutient le Parti québécois.

De son côté, le Parti libéral du Québec croit que le plan de relance économique proposé est incomplet, entre autres.

Pour le moment, François Legault n'a pas réagi à la pétition. Un point de presse du premier ministre est prévu à 13 h ce jeudi pour faire le point sur la situation actuelle.

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter