À l'Académie de boxe montréalaise Ness Martial a lieu ce samedi une clinique juridique « au bord du ring ». Les organismes Justice Pro Bono et Ali et les Prince.sse.s de la rue s'associent afin de s'attaquer au racisme à Montréal. Et c'est Ali Nestor, ancien boxeur et entraîneur de Justin Trudeau lui-même, qui est derrière ce projet.

Ali et les Prince.sse.s de la rue, c'est l'organisme qu'Ali Nestor a créé il y a plusieurs années afin de venir en aide à des jeunes Montréalais du quartier St-Michel, à Montréal.

Il leur apporte soutien et encadrement à travers la pratique de la boxe amalgamée aux études.

C'est le président du conseil d'administration de l'organisme, David Heurtel, qui a proposé à l'entraîneur de mettre sur pied une clinique juridique.

« Pour moi, l'équation s'est faite aussitôt et c'était clairement oui. Notre population a difficilement accès à tout ce qui est d'ordre juridique. C'est des gens qui se retrouvent souvent dans des situations précaires, que ce soit au niveau du logement ou du profilage racial », a expliqué M. Nestor à Narcity.

 

N'est-ce pas le monde à l'envers? L'ancien boxeur trouve-t-il normal que ce soit aux citoyens de s'outiller contre le racisme et non pas aux autorités de faire cesser de tels comportements?

« C'est une plus grande bataille », explique Ali Nestor. « La police est supposée être présente pour protéger tous les citoyens, mais une partie d'entre eux en ont peur et il faut lutter contre ça. »

Et depuis les tristes incidents des dernières semaines, Ali Nestor sent-il ses jeunes particulièrement ébranlés et inquiets par rapport à leur futur?

« À la suite des événements entourant la mort de George Floyd, les premières journées étaient assez inquiétantes », dit-il.

« Par la suite, voir la réaction de la population mondiale entière, ç'a été une espèce de regain d'espoir. Là, on n'assistait pas seulement à la consternation des personnes concernées, dans ce cas-ci les personnes racisées. C'était le monde entier qui était offusqué de voir un tel acte envers un être humain. »

À sa plus grande et belle surprise, Ali Nestor est maintenant témoin d'une nouvelle attitude chez les jeunes de son centre, qui sont prêts à militer pour que changements soient faits.

En attendant, Ali Nestor rappelle l'essentiel pour les gens victimes de racisme ou les témoins de telles situations.

« Il faut toujours dénoncer. Plus de gens dénoncent, plus on arrivera à avoir gain de cause. »

L'homme de 46 ans poursuit son travail auprès des jeunes du quartier Saint-Michel.

Rappelons que cet ami de Justin Trudeau avait entraîné ce dernier en 2012 dans le cadre du combat qui l'opposait au sénateur Patrick Brazeau. Le premier ministre avait d'ailleurs remporté le match.

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter