Le début de la semaine s'est avéré mouvementé dans le monde de l'humour, alors que plusieurs témoignages sont sortis au sujet du comportement de l'humoriste qui fait couler beaucoup d'encre actuellement. C'est dans sa story Instagram que Rosalie Vaillancourt dit se faire ramasser depuis l'histoire de Julien Lacroix alors qu'elle se confie ouvertement. 

Depuis la sortie du dossier dans lequel Rosalie affirme appuyer les propos de son amie Geneviève Morin, étant l'ex-copine de Julien, ce dernier s'est exprimé à deux reprises sur sa page Facebook. 

Il a également quitté la sphère publique avant de revenir pour présenter ses excuses lors de sa seconde intervention sur les réseaux sociaux. 

C'est le 29 juillet que Rosalie Vaillancourt a abordé directement la situation sur Instagram :

« Cette semaine a été toff. Julien était un de mes amis. Même si on s'était perdu de vu depuis les deux dernières années, c'était quelqu'un que je trouve tellement drôle. »

 

« Je le trouvais juste fking lourd saoul. Ce qui m'a aidé à croire mon amie. Je l'ai cru tout de suite. J'ai ensuite su que ce n'était pas une fille qui l'avait mise sur la liste comme il m'a fait croire. Mais plusieurs, » poursuit-elle. 

Rosalie a ensuite reçu un témoignage provenant d'autres victimes au secondaire et c'est à ce moment, il y a quelques mois déjà, qu'elle a choisi de ne plus travailler avec lui :

« J'avais peur de le croiser. J'ai essayé d'en parler à des gens mais j'ai été tellement déçue. Des personnes que j'aimais profondément me disaient de me taire ou n'écoutaient pas. »

Maintenant qu'elle a affirmé croire les paroles de son amie, victime des comportements de Julien Lacroix, le public a réagi : 

« Je n'imagine pas comment ça doit être difficile pour les filles/gars de parler d'une agression sexuelle. Publiquement ou en privé. J'ai SEULEMENT appuyé la version de mon amie. »

« J'ai seulement dit: c'est vrai, elle me l'a dit et je la crois parce qu'il a eu des actions parfois déplacés devant moi. »

« C'est presque rien. J'ai même pas avoué un viol ou un attouchement. Et je me fais ramasser sur mon humour, ma voix et mon intégrité », écrit-elle sur son profil. 

Julien Lacroix n'est maintenant plus associé à son agence, le Groupe Phaneuf, et il prend une pause professionnelle pour aller chercher de l'aide, selon ses propos.

« Je souhaite de tout coeur que Julien va pour de vrai chercher de l'aide. Je sais que c'était ce que je devais faire. J'ai sûrement perdu des contrats ou des fans dans les derniers mois, semaines ou jours. Mais j'ai agi selon mes valeurs », confie Rosalie. 


On rappelle à toute personne victime d’agression sexuelle que plusieurs ressources existent, comme le Centre pour les victimes d’agression sexuelle de Montréal (CVASM), qui couvre tout le Québec, disponible 24/24 7 jours semaine au 1 888 933-9007.


 

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter