La chanteuse québécoise Marie-Chantal Toupin crée un débat après s'être fait refuser le droit de travailler, tout en respectant ce qu'elle appelle le « 10-3-2 », dans une publication parue sur son Facebook officiel.

Souhaitant offrir des concerts privés et intimes aux Québécois directement dans le confort de leur cour arrière, l'artiste avait contacté l'administration de sa ville afin d'obtenir l'autorisation de procéder de manière légale.

Elle avait d'ailleurs partagé ses intentions avec sa communauté dans une vidéo partagée sur ses réseaux sociaux où elle mentionnait : « J'ai eu l'idée, je me promène avec mon kit de son, je m'en vais vous faire et vous chanter mes chansons. »

Le projet avait été très bien reçu, les commentaires positifs se sont rapidement cumulés et les gens félicitaient, pour la plupart, cette initiative.

Quelques jours plus tard, c'est sur une note beaucoup moins joyeuse que Marie-Chantal s'est adressée à ses abonnés, après s'être fait refuser le droit d'aller de l'avant avec son projet. 

« Hey bien ... J'ai appelé ma ville pour leurs demander un permis pour des shows (dans ma cour) tout en respectant la loi 10-3-2 y m'ont répondu NON .... 

« ben moi je vous dit que à partir de maintenant je fais ce qui en es.... vos lois de merde je m'en balance ... voir si je ne peux pas gagner ma vie à distance tout en respectant vos lois à la con ....

« FINI LA BLONDE ROUSSE SE FOU DE LA GOUVERNE...LA PANTIN À ASSER ATTENDU ET CRU À VOS HISTOIRES !!!

« MAINTENANT JE VIS !!!!! »

L'artiste, visiblement contrariée par le verdict qui lui a été rendu ce week-end, a suscité des réactions particulièrement mitigées de la part de sa communauté suite à ce partage.

Bien que plusieurs personnes se rangent de son côté, on peut tout de même lire des avis légèrement moins encourageants tels que : « Franchement Marie-Chantal... tu es sensé de servir de modèle pour les jeunes ! C'est ça être une star ! Je ne suis vraiment pas impressionné... désolé... » sous la publication. 

Marie-Chantal invite d'ailleurs les Québécois à « avancer » coûte que coûte, après avoir partagé sur son fil d'actualité un article faisant référence à un restaurateur rebelle qui compte ouvrir sa terrasse prochainement, avec ou sans autorisation, où elle écrit « Go, population, on avance... ». 

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter