La crise sanitaire de la COVID-19 a lourdement affecté le secteur de la santé au Québec, mais de nombreux domaines ont également été touchés. L'économie québécoise et le secteur de l'emploi ont connu d'énormes pertes en raison des effets de la pandémie. Dans une période de seulement quatre mois, de mars à juin, le Québec a perdu environ 450 000 emplois, par rapport à la même période en 2019. 

Ce sont les jeunes qui ont été les plus marqués par la perte. Les individus âgés de 15 à 24 ans ont été proportionnellement plus touchés que les autres tranches d'âge, avec une baisse de près de 25 % de leur volume d'emploi, soit de 132 300 emplois, rapportent les statistiques.

L’Institut de la statistique du Québec précise que la baisse totale correspond à une perte d’environ 10 % de tous les emplois, qui se chiffrait à environ 4 327 500, l'année dernière, pour la même période

Outre les jeunes, ce sont également les femmes qui ont été affectées.

Les statistiques démontrent qu'elles semblent avoir perdu davantage d’emplois que les hommes : 238 100 contre 209 100. 

Les industries les plus impactées sont celles des services d’hébergement et de la restauration, du commerce de gros et de détail et de la fabrication.

Sur la période mentionnée, un peu plus de 365 000 emplois ont été perdus dans les industries de services.

Bonne nouvelle, par contre, le Québec connaît à nouveau une hausse de l'emploi, ainsi qu'un recul du taux de chômage depuis le mois de juillet dernier. 

Statistique Québec annonce que les emplois à temps partiel connaissent une plus grande hausse, alors que l'offre d'emplois à temps plein demeure stable. 

Ces résultats, publiés, mardi, dans le bulletin Marché du travail et rémunération de l'Institut de la statistique du Québec, sont tirés de l'Enquête sur la population active de Statistique Canada.

Photo de couverture utilisée à titre indicatif seulement.

Partage ton histoire
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications