Dans une photo Instagram publiée le 20 décembre, Claudie Mercier essaye Facetune, une application utilisée pour retoucher ou modifier des photos à partir de son téléphone.

La publication se compose d'une photo où son corps est retouché d'un côté et de l'image originale de l'autre. En faisant cette comparaison, elle souhaitait comprendre les insécurités qu'un tel outil peut créer.

La sélection de l'éditeur : 6 personnalités québécoises qui se sont fiancées pendant le temps des Fêtes

« J'avais envie d'essayer Facetune pour comprendre l'impact que l'application peut avoir chez les jeunes ados. »

Claudie souligne que c'est extrêmement facile d'utiliser ce genre d'applications pour modifier ses propres photos, sans dévoiler le subterfuge.

« Ça peut devenir addictif vu les options de l'application pour modifier son corps, sa peau, etc. C'est surtout vraiment malsain. »

Selon l'ancienne candidate d'OD, il n'y a rien de négatif à améliorer l'éclairage, modifier la coloration ou effacer une petite imperfection à un moment ou un autre, mais pas en changeant sa morphologie complète.  

La différence est souvent subtile, mais Claudie supporte le fait qu'il est plus simple d'apprendre à s'aimer en s'acceptant et en publiant des photos naturelles :  

« Plus tu oseras publier du vrai, plus tu oseras accepter tes défauts ici et là… » 

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications