Guerre en Ukraine: On te démêle tout ce que tu dois savoir après presque 3 mois de conflit

Pour ne pas perdre le fil de toute cette situation.

Journaliste nouvelles, Narcity Québec
Justin Trudeau et Mélanie Joly en visite en Ukraine. Droite : Bâtiment détruit en Ukraine.

Le 24 février 2022, après des mois de menace militaire tangible aux frontières russo-ukrainiennes, les frappes aériennes russes bombardent plusieurs régions du territoire, dont la capitale Kyiv.

Cela fait presque 3 mois déjà depuis cette date fatidique qui marquera à jamais l'histoire de ce pays d'Europe de l'Est. En ce début de mai, les affrontements armés durent toujours et malgré les attaques constantes, le peuple ukrainien continue à se tenir debout devant l'envahisseur russe.

Afin de t'aider à y voir plus clair et de comprendre où nous en sommes dans ce conflit complexe ainsi que l'implication du Canada dans cette guerre, voici quelques réponses à des questions que plusieurs se posent sur la crise entre la Russie et l'Ukraine qui perdure depuis des mois.

Pourquoi la Russie envahit-elle le territoire ukrainien?

C'est en 2014 que débuta le conflit russo-ukrainien avec l'annexion par la Russie de la Crimée, une région au sud de l'Ukraine. Plusieurs ont vu la prise de cet oblast par le Kremlin comme un désir de l'administration russe de retourner au temps de l'Union Soviétique, ou bien comme une façon de contrer l'influence européenne sur le pays coincé entre la Russie et le reste de l'Europe.

Les tensions entre les deux nations se sont ensuite renforcées en 2021 lorsque l'Ukraine a fait savoir clairement son désir de se joindre à l'Union européenne (UE). Si cela venait à se produire, cela rapprocherait dangereusement l'UE du territoire russe, tout en augmentant son influence sur la région, une menace que ne peut supporter le président de la Fédération de Russie Vladimir Poutine.

« Vladimir Poutine, ce qu'il veut c'est vraiment de ramener l'Ukraine dans son giron et il est prêt à le faire par la force », a affirmé la ministre des Affaires étrangères, Mélanie Joly, en entrevue à l'émission Tout le monde en parle le 30 janvier 2022. Elle n'avait pas tort.

Après des mois à craindre un conflit majeur pouvant prendre des proportions de Troisième Guerre mondiale, l’Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN), dont font partie plusieurs pays d'Europe ainsi que le Canada, tente de faire reculer le gouvernement de Poutine en menaçant sa nation de représailles si jamais elle venait à trépasser la frontière ukrainienne. Rien n'y fait puisqu'en février 2022, la Russie déclare officiellement la guerre à son pays voisin, l'Ukraine.

Le but de cette invasion? Agrandir l'influence de la Russie en Europe et anéantir toute chance de l'UE et de l'OTAN de se rapprocher du territoire russe.

Le gouvernement de Vladimir Poutine a nié ces allégations et a déclaré que cette opération visait plutôt à démilitariser et à dénazifier l'Ukraine.

Depuis la déclaration de guerre, des civil.es tentent tant bien que mal de quitter leur terre mère afin de trouver refuge dans un pays voisin comme la Pologne ou de rejoindre des membres de leur famille à l'étranger.

Où en est présentement le conflit?

B\u00e2timent d\u00e9truit en Ukraine. Bâtiment détruit en Ukraine. Palinchak | Dreamstime

Après 79 jours de guerre, en date du 13 mai 2022, la Russie a assiégé plusieurs villes importantes d'Ukraine et a réussi à avancer dangereusement sur le territoire. Les bombes ont presqu'entièrement anéanti la ville portuaire et hautement stratégique de Marioupol.

Après avoir tenté de mettre la main sur le nord du pays et plus précisément sur la capitale ukrainienne, Kyiv, les forces russes ont dû finalement se replier devant l'armée ukrainienne, mais ont réussi à conserver leur présence au sud et à l'est du pays.

Au début du mois d'avril, l'armée ukrainienne est parvenue à reprendre toute la région de la capitale de Kyiv : une victoire importante et lourde de sens.

Les attaques continuent par contre dans plusieurs autres régions et le combat vers la paix n'est pas terminé.

Jusqu'à ce jour, des milliers de civil.es ont perdu la vie lors des bombardements ou sous les mains des soldat.es russes. En date du 12 mai 2022, le Haut-Commissariat des Nations-Unis (HCDH) répertoriait parmi ceux-ci et celles-ci 3 541 morts et 3 725 blessé.es confirmée.es. Le HCDH spécifie toutefois qu'il se pourrait que les chiffres réels soient plus élevés.

Selon les sources d'Agence France-Presse pour La Presse, c'est maintenant plus de 6 millions de réfugié.es (principalement des femmes et des enfants) qui ont réussi à sortir du pays.

Les pourparlers n'ont pas repris entre les deux instances impliquées dans le conflit.

Quelle est l'implication du Canada?

Un soutien « indéfectible »

Le gouvernement canadien a toujours, et de façon sans équivoque, démontré son soutien à l'Ukraine. Dès le début de l'invasion illégale de la Russie sur le sol ukrainien, le Canada s'est joint à ses alliéées pour dénoncer la situation et émettre des sanctions écnomiques et politiques importantes impactant différents secteurs de l'économie et de la vie russe, dans le but d'affaiblir la fédération et de tenter de faire reculer l'invasion de Poutine. Notons tout de même que le Canada accueille la deuxième communauté ukrainienne la plus nombreuse sur la planète, après la Russie.

« Soyons clairs : le Canada et ses alliés démocratiques sont solidaires de l’Ukraine. Tous nos gestes visent à désamorcer la situation et à trouver une solution diplomatique. À cet égard, j’ai annoncé aujourd’hui plus de soutien pour l’Ukraine », a déclaré Justin Trudeau sur son compte Twitter le 26 janvier dernier.

Des dénonciations publiques

À maintes reprises au cours des derniers mois, Justin Trudeau a dénoncé les actes jugés inhumains prescrits par le gouvernement russe : « Vladimir Poutine a enfreint les préceptes les plus fondamentaux du droit international et il tue maintenant des civils innocents en bombardant des hôpitaux et des immeubles résidentiels. Ce mépris flagrant des lois et de la vie humaine constitue une menace immense pour l’Europe et pour le monde entier », a-t-il affirmé devant le Parlement européen en mars dernier.

Envoi d'armements

La question des armes et de l'envoi de forces armées sur le territoire envahi est très complexe. Il faut comprendre que, selon ce que les dirigeant.es affirment, le Canada et ses allié.es ne souhaitent pas souffler sur les braises et provoquer des étincelles qui pourraient engendrer une Troisième Guerre mondiale, surtout considérant les menaces nucléaires à peine voilées du président russe.

Pour l'instant, aucun des membres de l'OTAN (organisation dont ne fait pas partie l'Ukraine) n'a envoyé des militaires pour aider l'Ukraine à combattre la Russie directement sur le territoire ukrainien. Cependant, les Forces canadiennes sont présentement installées dans les pays frontaliers, comme la Pologne et la Roumanie, dans le but d'aider les réfugié.es ukrainien.nes et de participer à l'effort humanitaire de la région.

Aussi, afin de permettre à l'armée ukrainienne de mieux s'équiper, le ministère de la Défense nationale a, entre autres, envoyé plus de 67,5 millions de dollars en armement.

À noter que tout récemment, ce 22 avril 2022, le gouvernement du Canada a annoncé dans un communiqué avoir muni l'Ukraine en artillerie lourde franchissant ainsi un pas notoire dans son appui en effort de guerre.

Le retour de l'ambassade canadienne

Ce dimanche 8 mai, le premier ministre canadien, accompagné de Chrystia Freeland, la ministre des Finances et de Mélanie Joly, la ministre des Affaires étrangères, s'est rendu dans la région de Kyiv afin de rouvrir l'ambassade canadienne qui avait dû fermer en raison du conflit. C'est donc depuis cette semaine que le drapeau canadien flotte de nouveau dans le ciel ukrainien. Un symbole qui se veut fort et porteur du « soutien indéfectible » de notre pays au leur.

Quelle est la suite?

Bien que Kyiv soit désormais hors de danger imminent, les combats perdurent dans le pays. L'UE et le Canada craignent que Poutine décide par la suite d'envahir les pays limitrophes comme la Modalvie ou la Lettonie.

Si la Russie venait à envahir un pays membre de l'OTAN, cela impliquerait directement le Canada puisque selon l'entente internationale de l'organisation, tout pays membre de l'alliance doit être défendu par ses alliée.es dans le cas d'une attaque non provoquée. Pour l'instant, rien ne laisse présager que cela pourrait se produire dans un futur prochain, mais seul le temps le démontrera.

À noter que l'écriture inclusive est utilisée pour la rédaction de nos articles. Pour en apprendre plus sur le sujet, tu peux consulter la page de l'OQLF.

Plus de Narcity

Commentaires 💬

Notre section commentaire est un espace qui promouvoit l’expression personnelle, la liberté d’expression et la positivité. Nous encourageons discussions et débats, mais nos pages se doivent de rester des endroits sécuritaires où tout le monde se sent à l’aise et dans un environnement respectueux.

Pour rendre cela possible, nous surveillons les commentaires pour garder nos pages libres de spam, de discours haineux, de violence et de vulgarité. Les commentaires sont modérés en fonction de nos Règles de communauté.

Veuillez noter que les opinions exprimées dans la section commentaire d’un article ne reflètent pas les positions de Narcity Media. Narcity Media se réserve le droit de retirer des commentaires, de bannir ou de suspendre des utilisateur trices sans avertissement, ou de fermer la section commentaire d’un article à tout moment.

Prénoms et noms apparaîtront avec chaque commentaire et l’utilisation de pseudonymes est interdit. En commentant, vous reconnaissez que Narcity Media détient les droits d’utilisation et de distribution du contenu présent sur nos propriétés.

Loading...