Sign in
FR - Nouvelles

Des voyageurs ont déjà trouvé des moyens pour éviter la quarantaine à l'hôtel au Canada

Ils veulent échapper au 2 000 $ de frais d'hôtel. 💸

Les voyageurs qui veulent éviter la quarantaine obligatoire de trois jours à l'hôtel à leur arrivée au Canada semblent déjà avoir trouvé des moyens d'y parvenir. 

Même si cette mesure pour tous les voyageurs qui arrivent au pays par avion entrera en vigueur qu'à partir du 22 février, certains sont déjà parvenus à l'éviter, et du même coup, à échapper aux milliers de dollars à débourser en frais. 

La sélection de l'éditeur : Des bancs condamnés dans cette station de métro à Montréal sèment la controverse

2 000 $ coût approximatif de la quarantaine à l'hôtel

Selon ce que rapporte CBC, plusieurs Canadiens à l'étranger prévoient d'abord atterrir aux États-Unis et conduire ensuite pour revenir au pays en traversant les douanes canadiennes par voie terrestre.  

Les voyageurs qui arrivent au Canada par la route doivent aussi respecter des directives comme présenter un test de dépistage moléculaire de la COVID-19 et une quarantaine de deux semaines à la maison.

Par contre, ils n'ont pas à séjourner pendant trois jours dans un hôtel approuvé par le gouvernement.

Cela signifie qu'ils n'ont pas à débourser un montant pouvant s'élever à plus de 2 000 $ pour payer les coûts associés à l'hôtel, la nourriture, au nettoyage et à la sécurité.

« Si je peux l'éviter, je vais le faire », a mentionné un snowbird à CBC. 

Lui et sa femme planifient atterrir à l'aéroport de Buffalo, dans l'État de New York, et prendre un taxi jusqu'à la frontière terrestre à Niagara Falls. 

Les directives pour les arrivées par avion au Canada sont beaucoup plus strictes que pour celles en voiture ou à pied.

Le ministre de la Sécurité publique, Bill Blair, explique ces décisions en faisant référence à la logistique des frontières terrestres. 

En point de presse le 12 février dernier, il a indiqué que l'application d'une quarantaine à l'hôtel serait « extrêmement difficile » en raison du grand nombre de passages possibles entre le Canada et les États-Unis, en plus de l'emplacement en région plutôt éloignée de plusieurs postes frontaliers.