Personnes âgées, communautés autochtones, jeunes adultes : Le déroulement de la vaccination contre la COVID-19 au Québec pourrait se mettre en branle dès la semaine prochaine, mais une bonne partie de la population devra s’armer de patience. 

L’arrivée imminente cet hiver du vaccin de Pfizer et BioNTech, entre autres, offre une lueur d’espoir au Québécois et Québécoises.

Toutefois, la distribution des millions de doses à travers le Québec ne sera pas de tout repos, en raison de la logistique. Il faut garder le vaccin à des températures frôlant les - 80 degrés Celsius.

Il faudra attendre des mois pour protéger une partie « suffisamment importante » de la population.

La sélection de l'éditeur : Voici les 9 entreprises qui ont reçu le plus de plaintes au Québec en 2020

Comment se déroulera la vaccination ?

En point de presse ce lundi 7 décembre, le ministre Dubé a présenté un plan clair entourant la distribution des millions de doses à la population québécoise.

Si Santé Canada décide d’homologuer le vaccin de Pfizer et BioNTech, la vaccination pourrait débuter dès la semaine prochaine. 

On précise que deux doses seront nécessaires par personne et elles devront être espacées de trois à quatre semaines.

Le Québec devrait recevoir dans les prochains jours 4 000 doses pour 2 000 personnes.

En tout, 20 lieux ont été choisis pour procéder, soit un pour chacune des seize régions, quatre sites à Montréal et deux en Montérégie.

D'après M. Dubé, 1,3 million de doses permettront de vacciner quelque 650 000 Québécois dans les premiers mois de 2021.

Quels groupes de personnes seront vaccinés en premier ?

Bien que l'Agence de la santé publique du Canada ait divulgué sa liste de priorité quant à la vaccination, ce sont les différents gouvernements provinciaux et territoriaux qui auront le dernier mot sur leur territoire.

Au Québec, dix rangs sont en liste pour recevoir une dose du vaccin, selon le site web du gouvernement :

  • Les personnes vulnérables et « en grande perte d’autonomie » résidant en CHSLD;

  • Les travailleurs du réseau de la santé « qui sont en contact ou susceptibles d’être en contact avec des usagers »;

  • Les résidents dits autonomes ou en perte d’autonomie qui sont en résidence privée pour aînés (RPA);

  • Les communautés isolées et éloignées; 

Suivi, dans cet ordre, des personnes âgées :

  • de 80 ans ou plus.

  • de 70 à 79 ans et

  • de 60 à 69 ans.

Par la suite seront vaccinés les adultes:

  • de moins de 60 ans ayant une maladie chronique ou un problème de santé reconnu;

  • de moins de 60 ans sans maladies chroniques ou problèmes de santé reconnus et qui assurent des services essentiels et qui sont en contact avec des usagers, comme les chauffeurs et chauffeuses de bus puis

  • Le reste de la population adulte.

Y a-t-il des symptômes liés au vaccin ?

Le gouvernement du Québec avance qu’il n’est « pas rare » d’être happé de réactions « indésirables » à la suite du vaccin.

Il est question de réactions « légères ou modérées » pouvant durer quelques jours, comme de la douleur à l’endroit de l’injection, de la fatigue, de la fièvre et des frissons.

« À ce jour, aucun effet indésirable grave n’a été identifié », peut-on lire.

À noter également que « le début de la vaccination ne signifiera pas la fin des mesures sanitaires ».