Sign in
FR - Nouvelles

Les prénoms de bébés les plus populaires dans les années 90 vs 2000 au Québec

As-tu un prénom de milléniaux ou de « Gen Z »?

Bien que chaque printemps la banque de Retraite Québec publie sa liste des 100 prénoms de bébés les plus populaires dans la province, celle-ci a beaucoup changé au fil des années. 

Si les baby boomers ont eu leur Gilles et la génération X leur Karen, Narcity a fouillé dans les palmarès pour déterminer les prénoms les plus populaires pendant les années 90, 2000 et même 2010. 

La sélection de l'éditeur : Richardson de Big Brother apparait dans ce vidéoclip populaire de David Guetta et Sia

Les prénoms de bébés les plus populaires entre 1990 et 1999

Ariane Fortin | Narcity

Au début de cette décennie, du côté des filles, c'est Stéphanie qui était au sommet pendant quelques années, pour ensuite se faire détrôner par Catherine avec un total de 8 484 personnes portant ce prénom au Québec dans les années 90

Chez les garçons, Maxime avait le dessus en 1990 et 1991, mais Alexandre a gagné du terrain et a été très populaire durant le reste de cette période. On en a rapporté près de 15 000 au total.

Les autres prénoms populaires des années 90 représentent assez bien cette décennie alors qu'on se croirait presque dans une classe de primaire des milléniaux.

Les prénoms les plus populaires au Québec entre 2000 et 2009

Ariane Fortin | Narcity

Pour les bébés des années 2000, les prénoms de filles ont connu un plus grand changement que ceux des garçons.

Et si le prénom de Sarah n'a jamais été le numéro 1 d'une année, il a toujours été très présent et c'est pourquoi il se classe premier au top de la décennie.

Quant aux prénoms masculins, c'est un indétrônable qui a régné avec plus de 9 800 petits William au Québec entre 2000 et 2009.  

Les prénoms les plus populaires au Québec entre 2010-2019

Ariane Fortin | Narcity

Au cours des dernières années, les prénoms courts qui se terminent en « a » ont gagné en popularité chez les filles avec Emma, Léa et Olivia dans le top 3. 

Encore une fois, William a remporté la palme des noms les plus populaires, mais cette fois il est suivi de Thomas et Samuel.

Elle n'est pas nécessairement l'athlète la plus connue du Québec, mais ça ne l'empêche pas de briller aux Jeux paralympiques Tokyo 2020. La Québécoise Aurélie Rivard a remporté cinq médailles en cinq épreuves depuis le début de l'évènement international et elle n'a pas fini d'impressionner la galerie, alors qu'elle pourrait revenir au pays décorée d'un sixième titre.

Les Jeux de Tokyo sont sur le point de prendre fin, ce dimanche 5 septembre. Il y a pas mal d'athlètes canadien.nes qui ont profité de leur passage dans la capitale nippone pour mettre la main sur plusieurs médailles. Aurélie Rivard ne fait pas exception à la règle, puisqu'elle terminera son séjour à Tokyo au 200 mètres quatre nages individuel en paranatation prévu ce vendredi 3 septembre.

Continuer à lire Show less

À l'instar de la Colombie-Britannique, du Manitoba et du Québec, l'Ontario a décidé d'emboîter le pas quant à l'instauration d'un passeport vaccinal pour ses citoyens et citoyennes. Avec leur nouvelle preuve de vaccination, les Ontarien.nes pourront avoir accès à plusieurs lieux et activités non essentielles.

Le gouvernement de Doug Ford a présenté ce mercredi 1er septembre les grandes lignes de ce nouveau certificat vaccinal temporaire qui entrera en vigueur le 22 septembre prochain, lors d'une conférence de presse. Il a rappelé son souhait d'un passeport pancanadien plutôt que par province.

Continuer à lire Show less

La Sureté du Québec (SQ) du Bas-Saint-Laurent est aux aguets, alors qu'une alerte AMBER a été déclenchée tard, mardi le 31 août, pour retrouver un petit bambin de trois ans, vraisemblablement enlevé par son père.

Selon les informations de l'alerte, Jake Côté aurait été enlevé mardi vers 13 h 45 à Sainte-Paule, en périphérie de Matane, par son père David Côté, 36 ans. Ils auraient été vus tous les deux pour une dernière fois dans la rue Banville aux alentours de 17 h 15.

Continuer à lire Show less

Les « jeunes » sont-iels vraiment désintéressé.es par la politique? Pas nécessairement. Que ce soit pour parler de crise du logement, d'environnement ou d'emploi, les 18-34 ans sont là pour faire entendre leur voix et leurs votes ont un impact sur les élections fédérales, selon la députée libérale sortante Mélanie Joly.

Qui ne se souvient pas de la première fois qu'iels ont fait un « X » à côté de son ou de sa candidat.e préféré.e parce qu'iel répondait à ses besoins en tant que citoyen.ne? Le droit de vote, ça le dit, c'est un droit acquis et aller l'exercer, « c'est vraiment important », souligne-t-elle à Narcity entre deux séances de porte-à-porte.

Continuer à lire Show less