Le décès de cette femme à Montréal après un appel à l'aide à l'hôpital sème la controverse

Elle avait lancé un appel à l’aide sur Facebook.
Mireille Ndjomouo est décédée et voici ce que tu dois savoir sur la camerounaise

Une vidéo Facebook dans laquelle Mireille Ndjomouo lance un appel à l'aide pour qu'on la change d'hôpital est devenue virale dans les derniers jours. Une dénonciation rappelant le mouvement qui avait suivi celle de Joyce Echaquan, en septembre 2020.

Dans cette vidéo datant du 7 mars 2021, elle affirme ne pas recevoir les soins adéquats à l'hôpital Charles-Le Moyne de Longueuil. Elle est décédée deux jours plus tard, le 9 mars.

La sélection de l'éditeur : Tu ne peux plus commenter les photos récentes de Camille Felton sur Instagram

Qui était-elle?

Mireille Ndjomouo était une Camerounaise et mère monoparentale de trois enfants qui vivait au Québec.

Selon les informations obtenues par le Journal de Montréal, la femme de 44 ans était établie ici depuis quatre ans.  Elle vivait avec son fils de 14 ans. 

Elle s'est présentée à l'hôpital de Longueuil en début de semaine pour un mal de jambe.

Que lui est-il arrivé?

Dans sa vidéo, Mme Ndjomouo explique que depuis son arrivée, elle est enflée et n'arrive pas à respirer. « J'ai des boutons partout sur moi », dit-elle, visiblement à bout de souffle.

Elle dit aussi avoir demandé au docteur de se faire changer d'hôpital « là où je serai mieux suivie, mais il ne veut pas ».

« Ma bouche est paralysée, mon visage aussi est gonflé [...] je ne suis pas vraiment la personne que vous voyez sur cette vidéo », ajoute-t-elle. 

« Je suis en train de mourir à petit feu dans cet hôpital », lance Mme Ndjomouo.

Elle allègue aussi que sa soeur, qui est infirmière, aurait été chassée deux fois de sa chambre. Elle poursuit en racontant avoir dit au personnel lors de son admission qu'elle était allergique à la pénicilline.

« Mais ils m'ont injecté la pénicilline, sachant très bien que je suis allergique ».

Elle soutient aussi que ces injections auraient duré trois jours, malgré ses objections. Une « gentille infirmière » s'en serait rendu compte et aurait dit que « ce n'était pas correct ».

Des membres de la communauté se seraient mobilisés devant l'hôpital, et le transfert de la Camerounaise s'est effectué vers 22 h.

Selon le Journal, il s'agirait de l'Hôpital général juif de Montréal, où elle aurait reçu mardi un diagnostic de cancer du système lymphatique.

Elle serait finalement décédée une heure plus tard.

Que va-t-il se passer?

La communauté entourant Mme Ndjomouo a réagi rapidement à la suite de son décès.

Une page Facebook « Justice Pour Mireille » a été créée, et on y convoque les gens à une marche, samedi le 13 mars 2021 de 15 h à 17 h. Une campagne GoFundMe a aussi été mise sur pied pour ramener le corps de Mireille Ndjomouo au Cameroun.

Au moment d'écrire ces lignes, 5 385 $ ont été amassés.

Le mari de Joyce Echaquan, Carol Dubé, a commenté les événements en les qualifiant de « nouvelle très triste ». 

« Comme Joyce elle laisse des enfants, des soeurs, des frères, une mère, un père et des amis », écrit-il dans sa publication Facebook.

« Il ne doit plus en avoir des Joyce, des Mireille, des Jimmy Lee Durocher, plein d'autres qui [n'ont] pas eu la chance de faire des vidéos », poursuit M. Dubé.

Joint par Narcity, le Centre intégré de soins et de services sociaux (CISSS) de la Montérégie-Centre a affirmé ne pas pouvoir commenter sur ce cas pour des raisons de confidentialité.

On ajoute cependant que « le CISSS de la Montérégie-Centre a à cœur la qualité des soins et des services offerts à la population. Le PDG a mandaté la direction de la qualité pour examiner la situation ».  

Plus de Narcity

Commentaires 💬

Notre section commentaire est un espace qui promouvoit l’expression personnelle, la liberté d’expression et la positivité. Nous encourageons discussions et débats, mais nos pages se doivent de rester des endroits sécuritaires où tout le monde se sent à l’aise et dans un environnement respectueux.

Pour rendre cela possible, nous surveillons les commentaires pour garder nos pages libres de spam, de discours haineux, de violence et de vulgarité. Les commentaires sont modérés en fonction de nos Règles de communauté.

Veuillez noter que les opinions exprimées dans la section commentaire d’un article ne reflètent pas les positions de Narcity Media. Narcity Media se réserve le droit de retirer des commentaires, de bannir ou de suspendre des utilisateur trices sans avertissement, ou de fermer la section commentaire d’un article à tout moment.

Prénoms et noms apparaîtront avec chaque commentaire et l’utilisation de pseudonymes est interdit. En commentant, vous reconnaissez que Narcity Media détient les droits d’utilisation et de distribution du contenu présent sur nos propriétés.

Loading...