De Snowdon à Saint-Michel, en passant par Outremont et de Castelnau, le prolongement de la ligne bleue du métro de Montréal est sur toutes les lèvres des Montréalais depuis des décennies. Toutefois, Valérie Plante souhaite une loi spéciale pour que le projet se réalise. 

C’est du moins ce que la mairesse de la métropole a affirmé dans une enfilade de tweets sur son compte Twitter, ce lundi. 

La sélection de l'éditeur : Polina d'OD s'est fait un OnlyFans, mais ce n'est pas exactement ce que tu crois

« Il est plus que temps que le projet de la ligne bleue soit réalisé. Ça fait depuis 1988 que la population de l’Est l’attend. Suite à l’échec du projet de loi 61, on s’attend à ce qu’il y en ait un sur la table pour la rentrée parlementaire », a-t-elle écrit, d’emblée.

Le projet de loi 61, c'est ce controversé projet de loi déposé par le gouvernement Legault qui aurait permis de soustraire d’importants projets d’infrastructure de certaines dispositions de la Loi sur l’aménagement et l’urbanisme et de la Loi sur la qualité de l’environnement.

L'expropriation de citoyens vivant entre les quartiers Saint-Michel et Anjou, secteur visé par le prolongement du métro, est l'une des principales entraves au projet de la ligne bleue.

La semaine dernière, le ministre des Transports du Québec, François Bonnardel, affirmait que près de 500 dossiers d’expropriation étaient toujours ouverts et que le projet de loi 61 aurait réduit les délais pour que la Sociétét de transport de Montréal (STM) prenne possession des terrains « tout en protégeant les droits des expropriés ».

« On a besoin d’une loi spéciale pour accélérer le processus d’expropriation et planifier le plus rapidement possible le développement aux abords des stations. Tous les partis doivent y travailler », ajoute Mme Plante.

Elle affirme aussi qu'il faudra de la « flexibilité de la part de tous les acteurs » pour mettre en place des solutions techniques et financières « afin de réaliser ce projet de métro ».

Les internautes ne sont toutefois pas d'accord avec cette sortie.

« Et bien entendu, on souhaite maximiser le développement urbain autour des stations de métro », précise-t-elle.

En tout, ce sont cinq stations de métro qui s'ajouteront aux 12 autres déjà établies. Initialement prévu pour 2026, alors que les premières pelletées de terre devaient se faire prochainement, l'échéancier devrait être revu.