Sign in
FR - Sport

La ministre Charest commente le retrait de Simone Biles aux JO pour sa santé mentale

« Quand j'étais olympienne, ça aurait été impensable... »

Simone Biles se retire pour sa santé mentale et Isabelle Charest commente

Les derniers jours ont été mouvementés dans le monde de la gymnastique artistique aux Jeux olympiques de Tokyo. Si la Canadienne Ellie Black s'est retirée d'une épreuve en raison d'une blessure à la cheville, c'est pour prendre soin de sa santé mentale que l'Américaine Simone Biles a décidé de se retirer de la finale du concours complet individuel.

Cette décision de la vedette de gymnastique a créé tout un tollé à travers le monde et la ministre responsable de la Condition féminine et ancienne olympienne, Isabelle Charest, a tenu à commenter ce désistement.

« Avant, quand on parlait de santé, ça incluait seulement la santé physique. Quand j'étais olympienne, ça aurait été impensable de se retirer d'une compétition pour une blessure mentale. La culture du sport change pour le mieux », a affirmé l'ex-patineuse de vitesse sur Twitter ce 29 juillet.

En entrevue à la radio de Radio-Canada, la ministre Charest a salué le courage de la gymnaste de 24 ans.

« C'est lourd à porter de se retirer, mais c'est pire de tenter de performer en ayant des craintes. Je salue son courage de se retirer et peut-être revenir par la suite. »

Mme Charest a également avoué qu'elle trouvait « intéressant de voir que maintenant la santé mentale devient un enjeu qui est dénoncé ». Selon elle, les risques de compétitionner dans cet état sont aussi graves qu'avec une blessure physique.

« Une blessure mentale pour une athlète en gymnastique représente un enjeu énorme qui peut compromettre sa carrière et sa santé. Imaginez, si on hésite à faire un mouvement sur un engin, les risques de blessure sont énormes. »

D'après un communiqué de USA Gymnastics, Simone Biles est évaluée quotidiennement pour déterminer si elle sera en mesure de participer aux finales individuelles du 3 août prochain.

Elle n'est pas nécessairement l'athlète la plus connue du Québec, mais ça ne l'empêche pas de briller aux Jeux paralympiques Tokyo 2020. La Québécoise Aurélie Rivard a remporté cinq médailles en cinq épreuves depuis le début de l'évènement international et elle n'a pas fini d'impressionner la galerie, alors qu'elle pourrait revenir au pays décorée d'un sixième titre.

Les Jeux de Tokyo sont sur le point de prendre fin, ce dimanche 5 septembre. Il y a pas mal d'athlètes canadien.nes qui ont profité de leur passage dans la capitale nippone pour mettre la main sur plusieurs médailles. Aurélie Rivard ne fait pas exception à la règle, puisqu'elle terminera son séjour à Tokyo au 200 mètres quatre nages individuel en paranatation prévu ce vendredi 3 septembre.

Continuer à lire Show less

Du 24 août au 5 septembre, c'est au tour des athlètes paralympiques canadien.nes de briller sous les feux de la rampe et de représenter leur nation aux Jeux paralympiques de Tokyo 2020. Certain.es y sont pour la première fois, d'autres sont des vétérans. Toustes ont un but, voire un rêve : revenir avec une médaille au cou. Voici ce que le Canada a récolté comme médailles jusqu'à maintenant.

Malgré le décalage horaire de 13 heures et qu'il peut être difficile de suivre les 128 athlètes dans leurs différentes compétitions respectives, rien n'empêche de se tenir à jour quant au nombre de médailles que le Canada a remporté jusqu'à présent.

Continuer à lire Show less

Même si les athlètes sont considéré.es comme des héros pour leurs prouesses sportives, cela n'empêche pas qu'ils restent des personnes avec une vie quotidienne ordinaire, comme toi. Alors, voici huit canadien.nes aux Jeux paralympiques de Tokyo 2020 qui ont le temps d'avoir une carrière prolifique en plus de leurs entraînements olympiens.

Alors que certain.es œuvrent pour améliorer les conditions de vie des personnes avec un handicap, d'autres travaillent au Starbucks, à la ferme ou dans la construction. Les membres de Équipe Canada n'ont donc pas peur de changer de casquette!

Continuer à lire Show less

Après cinq ans d'attente, c'est au tour des athlètes paralympiques de tout donner lors des Jeux paralympiques de Tokyo 2020. Si tu crois que ces 16e olympiades seront moins intéressantes que les JO, attends de voir, toute discipline confondue, de quel bois les sportif.ves se chauffent.

Téléphone mobile, tablette, ordinateur, télévision : ce n'est pas les plateformes qui manquent pour pouvoir encourager sa nation et la délégation de 128 athlètes canadien.nes. Toutefois, la diffusion n'est pas aussi complète que lors des Jeux olympiques du mois dernier.

Continuer à lire Show less