Le mécontentement de la population afro-américaine contre la brutalité policière à leur égard se fait de plus en plus sentir, et ce, au-delà des frontières. La manifestation pacifique ayant eu lieu hier à Montréal s’est vu être assombrie par des débordements. Justin Trudeau a dénoncé le grabuge survenu à la manifestation antiraciste dans la métropole.

Suite à son point de presse, durant la période de question, le premier ministre a fait sentir son mécontentement, à la suite du grabuge de la veille à Montréal.

« Par rapport aux manifestants qui se sont infiltrés dans la manifestation et qui ont fait du grabuge [...] on les condamne », a affirmé le chef politique devant sa résidence de Rideau Cottage à Ottawa. 

« On a besoin de protéger le droit de manifester paisiblement au Canada, ajoute-t-il. C’est essentiel pour notre société. »

 

Le premier ministre Trudeau a profité de son point de presse pour commenter la situation aux États-Unis depuis la semaine dernière après la mort de George Floyd, un Afro-Américain, tué par Derek Chauvin, un policier blanc, à Minneapolis, au Minnesota.

Justin Trudeau ne l’a pas caché, le racisme est aussi présent au Canada.

« Pour beaucoup trop de Canadiens, ce qui se passe de l’autre côté de la frontière en ce moment, ce sont des scènes familières. Le racisme envers les noirs, la discrimination systémique, l’injustice, ça existe aussi chez nous. »

Il précise « qu'il y a plus à faire » et que « l'on va continuer d'en faire plus, main dans la main, avec les communautés qui sont plus durement affectées par le racisme et la discrimination ».

Dimanche dernier, des milliers de manifestants pacifistes ont pris d'assaut le centre-ville de Montréal pour manifester et dénoncer la brutalité policière et le racisme. Les casseurs sont ensuite arrivés.

Pour l'instant, 11 personnes ont été arrêtées par la police de Montréal à la fin de la manifestation. 

Pour sa part, la mairesse de Montréal, Valérie Plante, a aussi condamné les évènements survenus à la suite de la manifestation pacifiste. 

En déconçant « les pilleurs » qui ont commis le cassage au centre-ville, elle a tenu à préciser que manifester pour dénoncer le racisme et « exiger que les choses changent est noble et nécessaire ». 

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter