Le projet de grande envergure prévu pour l'île Gagnon et la Place Sainte-Rose à Laval ne faisait déjà pas l'unanimité. Après avoir consulté la population, la Ville de Laval a conclu qu'il ne pourra pas avoir lieu pour l'instant.

C'est ce qu'a annoncé le bureau du Maire de Laval, Marc Demers, par communiqué, ce vendredi.

« À la lumière des résultats préliminaires du sondage de la Ville, les projets présentés sous leur forme actuelle n’obtiennent pas l’acceptabilité sociale nécessaire à leur réalisation », précise le communiqué.

Le projet immobilier, propulsé par la firme Olymbec et le promoteur François Duplantie, était estimé à 800 M$.

Des plus de 800 000 pieds carrés touchés par le projet, 70 % étaient dédiés en parcs et verdures. En ce qui a trait aux immeubles, plusieurs seraient munis de toits verts, selon les premiers plans.

Malgré tout, la Ville de Laval n’ira pas de l’avant avec le changement réglementaire demandé par le promoteur.

Selon les résultats du sondage mené par une firme indépendante mandaté par la municipalité, 13 % et 62 % des 1 811 citoyens sondés se disaient respectivement « plutôt défavorable » et « très défavorable » au projet de l'île Gagnon.

Concernant la Place Sainte-Rose, ce sont 19 % et 44 %.

Contacté par Narcity, le promoteur immobilier François Duplantie affirme ne pas être surpris de la décision municipale.

« On s’en attendait, puisqu’on avait déjà eu des communications avec la Ville [de Laval] et nous étions déjà très conscient du devoir d’acceptabilité sociale », dit-il.

Le maire affirme que la position de la Ville n’a pas changé depuis le début.

« L’entrepreneur doit obtenir l’acceptabilité sociale nécessaire pour mettre en place son projet, dit-il. Le promoteur devra donc modifier ses projets. »

M. Demers y va même d'une proposition qui pourrait être « une avenue intéressante », un codesign fait avec les citoyens, idée que M. Duplantie compte suivre.

« Les citoyens nous ont demandé de créer une table de travail, de rassembler plusieurs organismes et spécialistes pour que l’on puisse dessiner un projet ajuster », indique le promoteur.

Selon lui, la population avait « mal compris » les intentions environnementales du projet.

« Notre mission fondamentale est de protéger l’environnement et concevoir le futur de demain de manière intelligente », dit M. Duplantie.

Pour sa part, Virginie Dufour, conseillère de Sainte-Rose et membre du comité exécutif, affirme comprendre que les citoyens « ont à cœur la protection de leur environnement, valeur que je partage et que je défends sur toutes les tribunes ».

Partage ton histoire
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter