Après une fin d’année hors du commun, en raison de la COVID-19, la rentrée arrive à grands pas. Le gouvernement du Québec annonce qu’il investira 20 millions de dollars pour aider le rattrapage scolaire. Cet investissement va entre autres permettre d'embaucher des centaines d'enseignants et spécialistes à travers le réseau scolaire.  

C’est le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, qui en a fait l’annonce ce lundi, une semaine après avoir présenté son plan sanitaire révisé en vue de la prochaine rentrée scolaire.

 

« Lundi dernier, c’était une annonce qui était nécessaire, c’était une annonce de santé publique. On a eu beaucoup de commentaires positifs, mais évidemment, il manquait quelque chose », a affirmé d’emblée le ministre, en conférence de presse.

« C’est important de faire front commun contre la COVID-19 », ajoute-t-il.

Ainsi, ce financement, qui s’ajoute aux quelque 18 M$ présentés lors du budget de mars dernier — soit avant la fermeture des écoles — permettra d’embaucher davantage d’enseignants, de professionnels et de tuteurs pour organiser des activités de rattrapage, de récupération et d’aide aux devoirs.

Cet ajout permettra également de mieux soutenir les élèves en difficulté et ceux ayant des difficultés d’apprentissage, comme la dyslexie, un trouble du langage ou un trouble du spectre de l’autisme.

Le tout sera mis en place dès la rentrée, et ce, jusqu’à la fin de l’année scolaire.

Le ministre Roberge affirme que cette suite d’annonce et de financement permettra de mieux soutenir tous les élèves et d’offrir des services supplémentaires de rattrapage et d’accompagnement professionnel.

Tous les budgets associés aux élèves handicapés ou en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage dans les différents établissements scolaires seront d’ailleurs reconduits.

Selon le Ministère, les différents professionnels et membres du personnel scolaire pourront investir leurs énergies directement auprès des élèves vulnérables, plutôt que de passer les premières semaines de la rentrée scolaire à compléter des démarches administratives.

Jean-François Roberge affirme que cet « allégement bureaucratique » permettra d’allouer plus de 560 000 heures de plus en services directs aux élèves.

Ces mesures s'ajoutent aux cinq autres déjà confirmées au réseau scolaire, dont un investissement de 7,3 M$ supplémentaires pour la mise en place de classes spéciales, 10 M$ pour le raccrochage, 41 M$ pour la bonification des activités parascolaires et l'aide aux devoirs et 1,3 M$ pour réaliser et diffuser des capsules pédagogiques.

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications