Après avoir propagé sur les réseaux sociaux l’adresse personnelle du directeur de la santé publique du Québec, Horacio Arruda, et avoir tenu des propos menaçants à son égard, un homme de Drummondville a été arrêté par la Sureté du Québec, ce jeudi 6 août. 

L’homme de 45 ans, Sylvain Marcoux, aurait été mis à l’arrêt vers 20 h hier soir à sa résidence de Drummondville.

Le suspect pourrait faire face à des chefs d’accusation de menace, d’intimidation et de harcèlement.

Il devrait comparaître ce vendredi au palais de justice de Drummondville.

L’histoire remonte à la semaine dernière, lorsqu’un homme a publié sur Facebook l’adresse personnelle du Dr Arruda.

Sous le pseudonyme Marck Lelou, M. Marcoux aurait relayé la publication en question en invitant les gens à aller rendre visite au directeur national de la santé publique en manifestant et en l'insultant. 

Marcoux aurait ensuite partagé un article relatant l’arrestation d’un homme de Sainte-Brigitte-de-Laval pour les mêmes accusations retenues contre lui.

« Je pourrais défiler encore 10 hrs en injures et condamnations envers Legault ou Arruda tellement ces charognes valent encore mille fois moins que la plus vidange des vidanges ayant vécu sur cette terre », peut-on lire sur sa page Facebook.

L'homme ajoute: « Un procès populaire et ça urge afin de rouler ces minables dans le goudron et les plumes ».

Dans les dernières semaines, les autorités ont procédé à une dizaine d'arrestations en lien avec des crimes commis sur les réseaux sociaux, selon ce que rapporte La Presse.

La SQ a affirmé au Journal de Montréal qu’il est inutile de se cacher derrière un pseudonyme, car elle détient « un bon taux de réussite » pour identifier les gens qui se croient anonymes sur internet.

De son côté, Horacio Arruda, a commenté sa plainte déposée aux autorités, lors d'un point de presse plus tôt cette semaine.

« Qu’on s’attaque à moi, ça va. Qu’on s’attaque à ma famille, c’est un réflexe de roi lion qui veut protéger ses enfants », a-t-il déclaré.

Arruda a aussi rappelé qu’il ne croyait pas que ce soit d’intérêt public « qu’on sache exactement où [il] demeure » et qu’il ne voyait pas « ce que ça offre à la population ».

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications