L'industrie de la mode et les médias sont dans la mire du public depuis un long moment déjà au sujet de la représentation qu'elle fait, surtout des femmes, mais aussi des hommes. Alors que la diversité est un sujet chaud au Québec, Anne-Élisabeth Bossé dénonce les standards taille plus véhiculés par les compagnies de vêtements.  

Dans une courte série de story Instagram, l'actrice démontre ce qui cloche avec les tailles « normales » et les tailles « plus » de deux entreprises.

Elle a même abordé le sujet à la radio, en évoquant aussi le sujet de l'heure, soit Julie à Occupation Double.

La bobette dite normale […] je m'en servirais comme guenille pour astiquer des ustensiles, te dire tellement je rentre pas dedans.


Anne-Élisabeth Bossé

Dans son segment, Anne-Élisabeth raconte comment elle a été choquée en remarquant la différence entre les mannequins de Calvin Klein.

Ayant partagé ces images avec ses abonnés, elle révèle que c'est par centaines qu'elle a reçu les messages de femmes et d'hommes disant « comment voulez-vous que je m'accepte », devant ce type d'image.

Elle dénonce la représentation de femmes par des adolescentes et celle des femmes taille plus par des mannequins qui correspondent en fait plus à la norme, que « la "normale" qui devait peser autour de 100 livres ».

Elle souligne aussi Ardène Curve, où « les mannequins tailles plus sont juste des filles standards habillées en lousse ».

Si l'inclusion de Julie à Occupation Double est importante, Anne-Élisabeth rappelle pourquoi : c'est parce que dans la vie de tous les jours, « on est une maudite gang de Julie ». 

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications