Deux scénarios s’imposeront lors de la soirée électorale de ce mardi 3 novembre : Donald Trump est réélu au pouvoir ou la Maison-Blanche accueillera le démocrate Joe Biden comme nouveau locataire. Peu importe le résultat, les élections américaines pourraient tout de même avoir un impact sur le Québec et voici pourquoi.

Malgré un contexte particulier, en raison de la COVID-19, le scrutin américain est suivi de près par les Canadiens et les Québécois, puisqu’il s’agit tout de même du voisin.

On veut savoir qui dirigera pour quatre autres années ces États-Unis d’Amérique.

La sélection de l'éditeur: Voici comment suivre les élections américaines en direct au Québec

L'hydroélectricité ou le pétrole? 

Advenant une élection de Joe Biden, tout porte à croire que le projet de pipeline Keystone XL, boîte de pandore pour l’économie albertaine, ne verrait pas le jour

Donald Trump, lui, est pour ce futur pipeline de 1,5 milliards $ qui relie l’Alberta aux États-Unis. 

En mai dernier, l’ancien vice-président sous Barack Obama a affirmé qu’il comptait annuler ledit projet, sur pause depuis le début de la pandémie.

Est-ce une bonne nouvelle pour l’hydroélectricité du Québec? C’est un pensez-y-bien.

Dans son Guide des élections américaines 2020, la Chaire Raoul-Dandurand, qui se penche sur la politique américaine, mentionne un projet d’implantation de ligne à haute tension en Nouvelle-Angleterre et partant du Québec — qui ne fait pas l’unanimité, en raison de son impact sur l’environnement.

La Chaire souligne que Biden et Trump « estiment que l’hydroélectricité fait partie des énergies d’avenir pour leur pays ».

L'Accord Canada–États-UnisMexique

Il s’agit d’un secret de polichinelle. Le Canada, le Québec et les États-Unis sont économiquement dépendants les uns des autres. 

Donald Trump avait promis en 2016 qu’il allait tout faire pour renégocier l’ancien l’Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA), devenu l'Accord Canada–États-Unis-Mexique (ACÉUM). Son but? Mettre de l’avant les besoins américains.

On se rappelle que Donald Trump a imposé une taxe de 10 % sur l'aluminium canadien à deux reprises dans les dernières années. Il s'est depuis rétracté.

En entrevue à TVA Nouvelles, Guy-Philippe Wells du Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation affirme que le retour de Joe Biden à la Maison-Blanche rendrait les relations commerciales avec les États-Unis « moins tendues qu’avec Trump ».

Il souligne que le programme économique du démocrate reste « très protectionniste », principalement en raison de la pandémie de COVID-19.

Les complotistes

Le mouvement complotiste pourrait en prendre pour son rhume si le président sortant devait être mis à la porte de la Maison-Blanche.

C'est du moins ce que rapporte l'analyse de Francis Langlois, chercheur à la Chaire Raoul-Dandurand, à TVA Nouvelles.

Selon lui, une défaite de Trump ne serait qu'une autre raison pour les complotistes du Québec et des États-Unis de s’indigner, comme les anti-masques, QAnon ou Radio-Québec.

Les membres de QAnon, ce groupe d'adeptes qui croient qu'une puissance satanique et pédophile contrôle secrètement le gouvernement américain, sont présents au Québec et ont pu être aperçus lors de différentes manifestations contre les mesures sanitaires du gouvernement de François Legault.

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications