Beach Day Every Day, Pause Poutine Time, Slice Gang Pizza : le propriétaire du Beachclub et entrepreneur Olivier Primeau se porte à la défense de la langue de Shakespeare, dans la foulée d’une enquête sur le déclin du français à Montréal.

Olivier Primeau était dernièrement au micro de Geneviève Pettersen à QUB Radio pour discuter de la situation.

L’entrepreneur affirme, entre autres, avoir reçu plusieurs messages de mécontentement à la suite du dévoilement du nom de son nouveau restaurant.

La sélection de l'éditeur : Ce village près de Montréal se change en parcours de Noël avec plus de 25 000 lumières

On n’est pas en train de se faire conquérir, là. Ça n’a aucun rapport. […] Le nom d’un restaurant, c’est un slogan. C’est du marketing.

Olivier Primeau, entrepreneur


« Moi aussi, je sens qu’elle recule [la langue française]. On est tous d’accord avec ça, affirme d’emblée Olivier Primeau. Je trouve que les batailles sont mal choisies. »

Il ajoute aussi qu’il ne « faut pas oublier, mais il y a combien de noms [d’origine] asiatique ou espagnol à Montréal ».

En dévoilant Slice Gang Pizza, M. Primeau affirme qu’il a reçu plusieurs messages de personnes affirmant qu’ils n’encourageraient jamais ça, en raison du nom anglophone.

« Mais ce sont les premiers qui vont au Walmart, au Boston Pizza », renchérit-il.

Pourquoi avoir choisi un nom en anglais ? « Parce que je vise une expansion nationale et aux États-Unis », précise-t-il.

Olivier Primeau a aussi dû changer le nom de sa poutine congelée dernièrement, passant de Poutine Every Day à Pause Poutine Time, car il affirme avoir eu quelques plaintes.

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications