Ce samedi 9 janvier, un message d'alerte a été envoyé sur les appareils mobiles des Québécois à 18 h 30 afin de rappeler le couvre-feu qui est entré en vigueur à 20 h 00. Celui-ci contenait une faute de français, ce qui a bien fait réagir les citoyens.

Ils ont été nombreux à faire remarquer la coquille sur les réseaux sociaux et ils ne se sont pas fait prier pour donner leur opinion sur le sujet. 

La sélection de l'éditeur: Chaque pièce de ce château de 4,9 M$ à Candiac est plus spectaculaire que la dernière

Dans la cinquième phrase, on aurait dû lire « respectez le couvre-feu » au lieu de « respecter le couvre-feu ».

En d'autres mots, le verbe aurait dû être conjugué à l'impératif et non à l'infinitif.

Plusieurs croient qu'il est inacceptable que le gouvernement fasse des fautes de français dans ses communications.

« Alerte à l'épidémie de fautes », écrit cet internaute, soulignant l'importance de bien se relire avant d'envoyer un message à des millions de personnes. 

Le ministère de la Sécurité publique du Québec a d'ailleurs réagi juste avant 20 h 00, publiant une excuse sur les réseaux sociaux.

« Une erreur s'est malheureusement glissée dans le texte du Québec En Alerte diffusé ce soir. Nous en sommes désolés », a-t-il indiqué.

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications