Sign in

Depuis le printemps, les nouveaux cas de COVID-19 et les décès attribués à ce virus continuent d'augmenter au Québec.

Souvent comparée à une grippe, la maladie à coronavirus a en fait été bien plus mortelle, si l'on compare les données de l'Institut de la Statistique du Québec entre 2008 et aujourd'hui.

La sélection de l'éditeur : Voici pourquoi tu vas entendre des « sirènes d'alarmes » la veille de Noël à Québec

Institut de la Statistique du Québec

Le diagramme ci-dessus, créé avec les données à jour de ce mardi 22 décembre et aussi illustré par le journaliste Patrick Déry, montre à quel point le virus a causé plus de décès que la grippe dans les douze dernières années.

L'année où la grippe a frappé le plus fort dans la province depuis 2008 est en 2018, où 1 042 personnes sont décédées. La plupart des autres années, ce nombre s'est même souvent tenu en bas de la barre des 500 : 

  • 75 décès en 2008

  • 155 décès en 2009

  • 37 décès en 2010

  • 189 décès en 2011

  • 172 décès en 2012

  • 443 décès en 2013

  • 473 décès en 2014

  • 693 décès en 2015

  • 213 décès en 2016

  • 435 décès en 2017

  • 1042 décès en 2018

  • 385 décès en 2019

Or, dans son bilan de ce 22 décembre, le gouvernement du Québec a rapporté un total de 7 794 décès des suites de la COVID-19 depuis le début de la pandémie

Les chiffres dévoilés par rapport à la maladie à coronavirus ressemblent davantage à ceux habituellement rapportés pour l'ensemble de l'appareil respiratoire, qui comprend les grippes, les pneumopathies et les problèmes en lien avec les voies respiratoires inférieures (principalement la bronchite, l'emphysème et l'asthme). De ce côté, le nombre de décès annuels fluctue entre 5 000 et 8 000 depuis 2008.

Photo de couverture utilisée à titre indicatif seulement.