FR - Nouvelles

Une sexologue nous parle des habitudes sexuelles des Québécois qui ont changé depuis mars

Les ventes de jouets sexuels ont drastiquement augmenté!
Une sexologue nous parle des habitudes sexuelles des Québécois qui ont changé depuis mars

Masturbation, vente de jouets sexuels à la hausse, consultation : la COVID-19 n’a pas d’impact que sur la santé mentale des Québécois, mais aussi sur leurs habitudes sexuelles, qui ont changé depuis mars.

Plusieurs ont tenté de réinventer leurs temps libres par toute sorte de manières, que ce soit en faisant de la marche, en cuisinant du pain ou redécouvrant leur corps.

La sélection de l'éditeur : Marie-Chantal Toupin partage des messages ambigus sur Facebook et les fans sont confus

Sexuellement parlant, les Québécois et Québécoises ont-ils plus consommé?

Tout porte à croire que le confinement et la réduction des contacts depuis mars ont fait en sorte que la population ait eu du temps pour redécouvrir leur sexualité.

La propriétaire de la chaîne de boutique érotique Planet X, Cindy Cinnamon, a affirmé à Narcity Québec que les ventes de son entreprise ont augmenté « de façon exponentielle », comparativement aux années antérieures.

« On ne parle même pas du double, mais fois 20 », confie-t-elle.

« Autrement dit, même si nos boutiques étaient fermées, le boom internet a tellement été imposant qu’on n’a pas manqué d’ouvrage », affirme celle qui a lancé sa première boutique Planet X il y a 25 ans.

Selon elle, les gens ont fortement investi dans leur sexualité, tant les célibataires que les personnes en couple.

C’est le cas d’Annie, une jeune femme célibataire de 21 ans et qui vit seule. Elle avoue avoir dépensé entre 250 $ et 300 $ en dildos et vibrateurs après la première vague.

« J’avais pas mal fait le tour des activités de confinement comme les casse-têtes ou la confection du pain », mentionne-t-elle.

Qu'est-ce qui crée un tel engouement? 

Selon la sexologue et psychothérapeute Annabel McLaughlin, le manque de contact physique chez les personnes vivant seule et les mesures sanitaires ont fait en sorte qu’ils se sont « beaucoup investis » dans la masturbation en solo, l’achat de jouets sexuels pour se concentrer sur « le plaisir solitaire. »

« La pandémie a pu donner l’occasion d’explorer sa sexualité », dit-elle, précisant que plusieurs s’y sont investis davantage, non seulement par plaisir, mais pour se déstresser.

Comme Annie, qui avoue avoir eu « une grosse baisse de libido » durant le confinement, mais dont les jouets sexuels procurés l’ont aidé à se « ressentir bien avec [sa] sexualité et [son] corps ».

Des couples en perte de libido?

En revanche, pour d’autres, le sexe « a pris le bord », comme le mentionne Mme McLaughlin.

Elle a constaté depuis le début de la pandémie que plus de couples tenaient à consulter une sexologue pour diverses raisons, comme la gestion du stress à deux.

« En général, on a tous des moyens différents de gérer notre stress, mais là, on se retrouvait à être confiné au même endroit, à deux. », dit-elle.

« Pour plusieurs, cela a créé des tensions ou a empiré des problèmes déjà existants avant la pandémie. »

McLaughlin affirme que la demande de consultation a d’ailleurs augmenté, créant une attente de quelques mois.

Pour Vincent, un jeune homme de 22 ans et en couple, il a avoué à Narcity Québec qu’au début de la pandémie, que lui et sa concubine ont profité de la pandémie pour redécouvrir leur sexualité.

Mais être avec la même personne à longueur de journée, « ce n’est pas un bon facteur » pour la libido.

La COVID-19 a-t-elle eu des effets positifs sur la sexualité? 

Annabel McLaughlin précise que plusieurs de ses patients avaient des « attentes élevées » au fait qu’ils disposaient de beaucoup de temps libre.

« Les personnes seules ou en couple se sont dit “Ah ! Ma sexualité va pouvoir se passer plus facilement” [mais] pour plusieurs, leurs attentes ont été revues », dit-elle.

Pour avoir une sexualité, il ne faut pas « juste du temps », ajoute-t-elle, « il faut une disponibilité mentale et émotionnelle ».

La sexualité peut-elle aider à passer à travers une situation exceptionnelle telle une pandémie ?

« Oui, à la base, ça peut vraiment aider, mais ça dépend de la motivation ou l’intérêt derrière l’acte », affirme la sexologue.

Pratiquer une activité sexuelle peut agir comme antistress, peut détendre et peut aider à se « déconnecter de la réalité » pour un instant.

Toutefois, une sexualité active n'égale pas nécessairement avoir une bonne santé mentale, apporte-t-elle comme nuance.

Vicky et François de « Si on s'aimait » sont toujours en couple (PHOTO)

Le premier couple officiel de l'histoire de « Si on s'aimait »!

La troisième saison de Si on s'aimait est officiellement terminée et le public a eu droit à une finale haute en émotions. (Allô les sanglots en voyant Tim dire « Je t'aime » à son fils!) Et pour la première fois de l'histoire du docu-réalité, on apprend qu'un couple formé à l'émission est toujours ensemble.

« Nous sommes TRÈS heureux d'annoncer que Vicky et François sont toujours ensemble et à en juger par leurs beaux sourires, heureux de l'être! », peut-on lire dans la publication partagée sur la page Facebook de Si on s'aimait, quelques minutes après le dernier épisode.

Continuer à lire Show less

Après l'élimination d'Alexandra et d'Alex Yelle à Occupation Double le 16 novembre, Jackson et Clodelle ont eu un moment pour discuter et le duo a pris la décision de quitter l'aventure de leur plein gré, ce que le public a pu voir à l'écran le lendemain. C'est ensuite le 17 novembre, sur le plateau de La semaine des 4 Julie, que Clodelle est revenue sur son parcours et son potentiel amoureux avec Claude Bégin maintenant qu'elle est de retour.

L'exclue et Claude ont été en couple de 2015 jusqu'au tout début de 2021, peu de temps avant le départ de ce dernier pour Big Brother Célébrités. Durant cette période, les deux ont été fiancé.es environ cinq ans. Depuis leur rupture, la paire collabore étroitement sur un album et demeure très complice.

Continuer à lire Show less

Plusieurs Québécois.es étaient concerné.es par la perte d'emplois durant la pandémie, mais il semblerait que le marché du travail au Québec s'améliore puisque 99,6 % des emplois perdus ont été récupérés au troisième trimestre 2021.

Le taux de chômage est actuellement à 5,9 % alors qu'en 2018 et 2019, il se maintenait entre 5 % et 5,5 %, selon le nouveau rapport de l'Institut de la statistique du Québec, Comment évolue la participation au marché du travail en temps de pandémie au Québec et ailleurs au Canada?, publié ce 27 octobre.

Continuer à lire Show less

Alors que la cinquième semaine d'Occupation Double Dans l'Ouest se termine, des rumeurs circulent depuis un moment sur les réseaux sociaux au sujet d'une candidate ayant un passé avec Robin qui s'apprêterait à débarquer dans l'aventure. Or, la participation de cette fameuse Marilou a été annoncée durant l'épisode du 21 octobre de La Semaine des 4 Julie et Anna-Maëlle de L'île de l'amour a confirmé que la nouvelle participante connaît bien Robin.

Lors du podcast Faits Divers du « Maire de Laval », qui a aussi été partagé le 21 octobre, l'ex-insulaire a expliqué qu'elle est très proche de Marilou en dévoilant que « sa meilleure amie entre [à OD] dimanche ».

Continuer à lire Show less