Une étude menée par l'Institut de cardiologie de Montréal (ICM) aurait permis de découvrir un premier médicament oral efficace pour prévenir les risques de complications liées à la COVID-19.

Les résultats, dévoilés ce vendredi 22 janvier dans un communiqué, « montrent que la colchicine est le seul médicament oral efficace pour traiter les patients non-hospitalisés », selon l'ICM.

La sélection de l'éditeur : Vaccin Moderna au Québec: les premières doses seront administrées au début janvier

Notre étude a montré l’efficacité [...] pour prévenir le phénomène de «tempête inflammatoire majeure» et réduire les complications. Dr Jean-Claude Tardif, Centre de recherche de l’ICM

L'étude, nommée COLCORONA, démontre que chez les 4 488 participants à la recherche, « la colchicine a réduit de 21% le risque de décès ou d’hospitalisations chez les patients atteints de COVID-19 comparativement au placébo ».

Le tout est encore plus positif chez 4 159 des 4 488 patients, dont le diagnostic de COVID-19 a été confirmé par un test naso-pharyngé (PCR). 

Chez cette population, les hospitalisations ont été réduites de 25 %, les besoins de ventilation mécanique, de 50 %, et les décès, de 44 %.

L'ICM indique que « cette découverte scientifique majeure fait de la colchicine le premier médicament oral au monde qui pourrait traiter les patients en phase pré-hospitalière ». 

Cet anti-inflammatoire est habituellement utilisé pour traiter d'autres problèmes de santé, comme la goutte et les péricardites. 

Selon l'ICM, la prescription de ce médicament pourrait permettre d'atténuer les problèmes d'engorgement dans le réseau de la santé, tout en réduisant les coûts liés aux soins de santé, ici comme ailleurs.

Photo de couverture utilisée à titre indicatif seulement