Le géant de l'alimentation Loblaw a annoncé, ce lundi 14 décembre, que tous ses Provigo de la province deviendraient franchisés. Eh oui, pas moins de 22 supermarchés sont désormais à vendre au Québec.

Selon les informations de La Presse, le prix pour mettre la main sur une franchise est le même partout dans la province, soit 50 000 $. 

La sélection de l'éditeur : 15 ados ont fait un party près de Québec et la police a dû intervenir

22 Provigo à vendre pour 50 000 $ chacun au Québec

L'entreprise veut avant tout trouver les perles rares, des gens bien ancrés dans leur communauté qui sauront adapter leur marché à la population qui y vit.

Elle veut en quelques sortes des gens qui investiront leur temps plutôt que leur argent, ce qui justifie ce prix relativement bas.

« La bannière est à la recherche d'entrepreneurs passionnés par l'alimentation et animés par le désir de bien servir leur clientèle et de faire une différence au sein de leur communauté », peut-on lire dans un communiqué de Loblaw

Le partenariat d'affaires entre les franchisés et la chaîne mise d'abord sur le partage des profits. Des ententes d'une durée de 10 ans sont signées entre l'épicier et la compagnie.

Sans même compter le salaire annuel du franchisé, ce dernier peut espérer avoir fait des profits de 600 000 $ pour les magasins grandes surfaces et de 400 000 $ pour les plus petites épiceries. 

Pierre-Yves McSween, comptable professionnel agréé (CPA), s'est par contre voulu prudent lors d'une intervention sur le 98,5 FM. Selon lui, ce bas prix d'acquisition vient avec des avantages importants pour Loblaw : 

« Pourquoi prendre le risque opérationnel, gérer du monde, gérer des opérations quand tu peux faire payer quelqu'un sur une base prévue, sur une base prévisible, partager les profits, lui vendre un modèle et empocher l'argent comme actionnaire avec moins de ventes, mais plus de marge ? »

Selon lui, Loblaw veut également aller chercher la valeur ajoutée que la proximité client-franchisé peut avoir, ce qui peut être difficile de faire quand la maison-mère s'occupe d'un magasin précis. 

Trois supermarchés de l'Île de Montréal ont déjà trouvé preneur, soit le Provigo Angus, maintenant nommé Provigo Jean-Marc Fortin, le Provigo de Ville Mont-Royal et celui de la rue Sherbrooke Est.