Vendredi soir, le 11 décembre dernier, le service de police de Lévis s'est rendu dans une résidence pour interrompre un rassemblement illégal de quinze adolescents.

Âgés de 15 à 18 ans, les jeunes fêtaient en l'absence de parents dans la maison, selon les informations obtenues par le Journal de Québec

La sélection de l'éditeur : Mouvements complotistes : Les Québécois sont de plus en plus inquiets des anti-masques

1 546 $ Amende probable pour les fêtards

La mère d'un des jeunes fêtards, propriétaire de la résidence de Breakeyville, près des ponts, aurait été jointe au téléphone par la police.

Toujours selon les informations du Journal, elle se serait montrée réticente à collaborer au départ, et les agents ont dû la convaincre qu'ils devaient mettre fin au party.

Les quinze adolescents ainsi que la mère ont reçu des rapports d'infraction.

Ce sera alors au procureur de décider des contraventions qui seront à payer, soit 1 546 $ par personne. 

Cela représente un montant total de près de 25 000 $ pour cette soirée.

Breakeyville, qui forme l'un des dix quartiers de la ville de Lévis, est situé en zone rouge, dans la région administrative de Chaudière-Appalaches.

Dernièrement, pour les 10 et 11 décembre, on y a répertorié près de 200 cas en 48 heures. 

Photo de couverture utilisée à titre indicatif seulement.