De nombreux membres du personnel scolaire, accompagnés de plusieurs parents, se sont rassemblés à Montréal dans le cadre d'une manifestation, dimanche midi, pour souligner leurs craintes et inquiétudes par rapport à la prochaine rentrée scolaire qui est à nos portes.

C'est le regroupement Travailleuses et travailleurs progressistes de l’éducation (TTPE), formé en 2019, qui est à l'origine de cette manifestation. Tous les manifestants se sont réunis devant les bureaux du ministère de l’Éducation, sur la rue Fullum, à Montréal. 

Le nouveau plan de la rentrée scolaire de l'automne 2020 du ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, est encore trop vague et ne répond pas à toutes les situations qui pourraient se produire, selon les manifestants. 

Ceux-ci estiment que plusieurs questions demeurent sans réponse, notamment quant aux protocoles en cas d’infections ou d'écosions de la COVID-19.

Le manque de planification et l’absence de mesures adéquates pour gérer les potentielles éclosions dans les classes correspondent aux principales inquiétudes quant à la rentrée 2020. 

L'un des aspects principaux qui est critiqué est le fait que le ratio élève-enseignant soit resté le même qu’avant, alors que la distanciation sociale est de mise dans les endroits publics fermés. 

Dans les discours prononcés dimanche, on peut entendre que la rentrée est précipitée et qu'elle aurait pu être mieux préparée. 

« À chaque fois que nous allons dire "Non" à une situation inacceptable, nous allons avoir un ministre qui va devoir faire face à ses responsabilités et c'est pour ça que nous sommes ici aujourd'hui », clame l'une des membres des TTPE.

L'enseignement à distance est aussi un problème selon les militants. 

« Plusieurs élèves habitent avec des personnes à risque. Il n’y a aucun plan concret pour de l’enseignement à distance alors que certains étudiants n’ont même pas accès à un ordinateur à la maison », dénonce une autre membre du regroupement. 

Les enseignants ignorent encore comment ils vont arriver à concilier les leçons données en classe aux élèves présents physiquement et le travail à donner aux élèves plus vulnérables qui restent à la maison. 

Les personnes présentes lors du rassemblement déplorent aussi que le plan de la rentrée scolaire 2020 au Québec est « l'un des plus faibles au Canada ». 

Les professeurs auraient d'ailleurs aimé être davantage consultés au cours de l'élaboration de ce plan actualisé. 

Les parents sont préoccupés par les risques associés à ce retour à l'école.

Une classe limitée à 35 élèves pourraient permettre de nombreux contacts physiques et faciliter la propagation du virus, et ce, malgré les mesures annoncées par le gouvernement plus tôt ce mois-ci. 

Photo de couverture utilisée à titre indicatif seulement.

Partage ton histoire
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications