Le gouvernement de François Legault, face à la présente vague de COVID-19, a annoncé de nouvelles mesures restrictives pour le Québec le 6 janvier dernier, dont un couvre-feu et une prolongation de la fermeture des commerces non essentiels.

Une nouvelle permission a par contre été donnée aux commerçants qui veulent vendre leurs produits autrement qu'avec la livraison et l'achat en ligne : la cueillette des biens. 

La sélection de l'éditeur : Le Québec fracasse le cap des 3000 cas de COVID-19 en 24h avec un nouveau record

Voici un petit tour d'horizon faisant le point sur cette nouvelle mesure.

Quels commerces peuvent offrir la cueillette à l'auto ou sur trottoir?

Les nouvelles restrictions entrent en vigueur dès ce samedi 9 janvier et se poursuivront jusqu'au 8 février prochain, et ce, pour l'ensemble du Québec, à l'exception des territoires du Nunavik et des Terres-Crie-de-la-Baie-James.

Durant cette période, les commerces non essentiels devront rester fermés.

Selon le Conseil québécois du commerce de détail (CQCD), la cueillette à l'auto ou sur trottoir est donc autorisée pour tous les commerces, même ceux jugés non essentiels.

La décision de ce faire revient aux commerçants eux-mêmes, a expliqué Jean-François Belleau, porte-parole du Conseil canadien du commerce de détail (CCCD), au Journal de Québec.

Ceux-ci devront d'ailleurs se conformer à plusieurs règles s'ils décident d'emboîter le pas.

Comment se déroulera la cueillette?

Cette nouvelle façon de vendre pourrait être un beau défi logistique pour certains commerces.

Ces derniers sont d'ailleurs responsables de mettre en place leur propre méthode de distribution des biens. 

Le gouvernement du Québec est clair à propos de la cueillette :

« Les commerces pourront autoriser le ramassage des biens, à condition qu’il soit effectué à l’extérieur. »

De plus, selon le JDQ, les stationnements intérieurs ne sont pas compris dans les lieux dits « extérieurs ». 

Ainsi, il ne sera pas possible d'entrer dans un magasin pour aller récupérer ton nouvel achat « non essentiel ». 

Les commandes se feront uniquement en ligne ou par téléphone, selon le commerçant. 

Les différentes mesures sanitaires, comme la distanciation sociale, devront également être respectées. 

Dans le cas des magasins se trouvant dans un centre d'achat, la situation est un peu plus complexe. Rappelons que les aires de circulation de ces bâtiments sont ouvertes afin de permettre l'accès à certains commerces essentiels. 

Cependant, si tu achètes quelque chose dans un magasin non essentiel, tu ne pourras pas déambuler dans ces aires ouvertes pour te rendre à ce dernier et récupérer ton achat.

Selon le CQCD, « le ramassage des commandes en ligne au niveau des centres commerciaux n’est autorisé qu’en bordure à l’extérieur du centre commercial. La circulation à l’intérieur n’est permise que pour l’accès aux commerces essentiels qui n’auraient pas d’entrée extérieure. »

Peut-être devras-tu prévoir un petit temps d'attente si tu souhaites refaire ta garde-robe et aller ramasser tes nouveaux vêtements toi-même. 

Quand sera-t-il possible d'aller récupérer ses achats?

Ce énième confinement prévoit un couvre-feu en vigueur entre 20 h 00 et 5 h 00 du matin, du 9 janvier au 8 février 2021. 

Durant ces quatre semaines, les commerces devront remanier leur façon de fonctionner et plusieurs établissements jugés essentiels devront même revoir leurs heures d'opération. 

Selon le site du gouvernement du Québec, tous les magasins et commerces devront fermer au plus tard à 19 h 30 afin de se conformer au couvre-feu imposé. Seules les pharmacies et les stations-service pourront continuer d'opérer au-delà de ces heures.

Il en va de même pour les magasins offrant la cueillette, alors que la « livraison et cueillette à la porte [seront] permises jusqu’à 19 h 30, au plus tard », indique le CQCD.

Photo de couverture utilisée à titre indicatif seulement.

Partage ton histoire
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications