Sign in

Après la réouverture des restaurants en zone orange, ce sera bientôt au tour des bars et microbrasseries de rouvrir dans les régions en zone jaune au Québec.

Mais oublie les soirées arrosées à danser toute la nuit et à frencher des inconnus. Des règles strictes devront être respectées dans les établissements pour éviter la propagation du virus.  

La sélection de l'éditeur : Le recours collectif contre Apple Canada est autorisé et tu pourrais réclamer jusqu'à 300 $

Qui pourra sortir dans les bars et microbrasseries?

Selon le communiqué du gouvernement du Québec, seuls les clients qui habitent en zone jaune pourront avoir accès aux bars et microbrasseries de la région dès le 26 mars prochain. 

Il s'agit donc des résidents de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, la Côte-Nord et le Nord-du-Québec. 

Les établissements devront obligatoirement tenir un registre et n'accepter que 50 % de leur capacité maximale permise. 

Les occupants d'au plus deux adresses vont pouvoir s'asseoir à la même table. 

Qu'est-ce qui sera permis et interdit de faire?

Rendu aux bars, tu devras demeurer assis à ta table, sauf pour commander ou aller à la toilette bien sûr. 

Une distance de deux mètres entre les tables devra aussi être respectée. 

Le gouvernement est clair : Pas de danse ni de chant ne seront autorisés. 

Donc si la fièvre de la danse s'empare de toi au courant de la soirée, reste assis et fait aller tes épaules! Shimmy!

Et même s'il n'y aura plus de couvre-feu en zone jaune, pas question de fêter jusqu'aux petites heures du matin. Les établissements devront cesser de vendre de l'alcool à 23 h et fermer à minuit. 

Comment ces règlements seront-ils appliqués?

Comme pour toutes les autres mesures sanitaires, les contrevenants à ces règles risquent des amendes allant de 1 000 à 6 000 $. 

« Les policiers continueront d'être vigilants, et des visites d'établissements licenciés sont prévues », mentionne le ministère de la Sécurité publique. 

Geneviève Guilbault, vice-première ministre du Québec, a aussi tenu à rappeler que même si la situation s'améliore, « les changements de palier ne signifient pas qu'il faut relâcher la vigilance et le respect des mesures sanitaires en place ».

*Photo de couverture à titre indicatif seulement. 

Elle n'est pas nécessairement l'athlète la plus connue du Québec, mais ça ne l'empêche pas de briller aux Jeux paralympiques Tokyo 2020. La Québécoise Aurélie Rivard a remporté cinq médailles en cinq épreuves depuis le début de l'évènement international et elle n'a pas fini d'impressionner la galerie, alors qu'elle pourrait revenir au pays décorée d'un sixième titre.

Les Jeux de Tokyo sont sur le point de prendre fin, ce dimanche 5 septembre. Il y a pas mal d'athlètes canadien.nes qui ont profité de leur passage dans la capitale nippone pour mettre la main sur plusieurs médailles. Aurélie Rivard ne fait pas exception à la règle, puisqu'elle terminera son séjour à Tokyo au 200 mètres quatre nages individuel en paranatation prévu ce vendredi 3 septembre.

Continuer à lire Show less

À l'instar de la Colombie-Britannique, du Manitoba et du Québec, l'Ontario a décidé d'emboîter le pas quant à l'instauration d'un passeport vaccinal pour ses citoyens et citoyennes. Avec leur nouvelle preuve de vaccination, les Ontarien.nes pourront avoir accès à plusieurs lieux et activités non essentielles.

Le gouvernement de Doug Ford a présenté ce mercredi 1er septembre les grandes lignes de ce nouveau certificat vaccinal temporaire qui entrera en vigueur le 22 septembre prochain, lors d'une conférence de presse. Il a rappelé son souhait d'un passeport pancanadien plutôt que par province.

Continuer à lire Show less

La Sureté du Québec (SQ) du Bas-Saint-Laurent est aux aguets, alors qu'une alerte AMBER a été déclenchée tard, mardi le 31 août, pour retrouver un petit bambin de trois ans, vraisemblablement enlevé par son père.

Selon les informations de l'alerte, Jake Côté aurait été enlevé mardi vers 13 h 45 à Sainte-Paule, en périphérie de Matane, par son père David Côté, 36 ans. Ils auraient été vus tous les deux pour une dernière fois dans la rue Banville aux alentours de 17 h 15.

Continuer à lire Show less

Les « jeunes » sont-iels vraiment désintéressé.es par la politique? Pas nécessairement. Que ce soit pour parler de crise du logement, d'environnement ou d'emploi, les 18-34 ans sont là pour faire entendre leur voix et leurs votes ont un impact sur les élections fédérales, selon la députée libérale sortante Mélanie Joly.

Qui ne se souvient pas de la première fois qu'iels ont fait un « X » à côté de son ou de sa candidat.e préféré.e parce qu'iel répondait à ses besoins en tant que citoyen.ne? Le droit de vote, ça le dit, c'est un droit acquis et aller l'exercer, « c'est vraiment important », souligne-t-elle à Narcity entre deux séances de porte-à-porte.

Continuer à lire Show less