Recherche sur Narcity

Tu n'auras pas le droit de danser dans les bars qui rouvrent en zone jaune au Québec

Et pas de karaoké non plus!
Éditrice, Narcity Québec

Après la réouverture des restaurants en zone orange, ce sera bientôt au tour des bars et microbrasseries de rouvrir dans les régions en zone jaune au Québec.

Mais oublie les soirées arrosées à danser toute la nuit et à frencher des inconnus. Des règles strictes devront être respectées dans les établissements pour éviter la propagation du virus.  

La sélection de l'éditeur : Le recours collectif contre Apple Canada est autorisé et tu pourrais réclamer jusqu'à 300 $

Qui pourra sortir dans les bars et microbrasseries?

Selon le communiqué du gouvernement du Québec, seuls les clients qui habitent en zone jaune pourront avoir accès aux bars et microbrasseries de la région dès le 26 mars prochain. 

Il s'agit donc des résidents de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, la Côte-Nord et le Nord-du-Québec. 

Les établissements devront obligatoirement tenir un registre et n'accepter que 50 % de leur capacité maximale permise. 

Les occupants d'au plus deux adresses vont pouvoir s'asseoir à la même table. 

Qu'est-ce qui sera permis et interdit de faire?

Rendu aux bars, tu devras demeurer assis à ta table, sauf pour commander ou aller à la toilette bien sûr. 

Une distance de deux mètres entre les tables devra aussi être respectée. 

Le gouvernement est clair : Pas de danse ni de chant ne seront autorisés. 

Donc si la fièvre de la danse s'empare de toi au courant de la soirée, reste assis et fait aller tes épaules! Shimmy!

Et même s'il n'y aura plus de couvre-feu en zone jaune, pas question de fêter jusqu'aux petites heures du matin. Les établissements devront cesser de vendre de l'alcool à 23 h et fermer à minuit. 

Comment ces règlements seront-ils appliqués?

Comme pour toutes les autres mesures sanitaires, les contrevenants à ces règles risquent des amendes allant de 1 000 à 6 000 $. 

« Les policiers continueront d'être vigilants, et des visites d'établissements licenciés sont prévues », mentionne le ministère de la Sécurité publique. 

Geneviève Guilbault, vice-première ministre du Québec, a aussi tenu à rappeler que même si la situation s'améliore, « les changements de palier ne signifient pas qu'il faut relâcher la vigilance et le respect des mesures sanitaires en place ».

*Photo de couverture à titre indicatif seulement. 

Recommandé pour toi

Loading...