Connexion
FR - Nouvelles

Le SPVM se prépare déjà pour le 6e match du CH qui sera à Montréal le 24 juin

Si le Canadien gagne la série le soir de la Saint-Jean...🤯🔥

Le match six de la demi-finale de la Coupe Stanley opposant les Canadiens de Montréal et les Golden Knights s'annonce historique ce jeudi 24 juin. Difficile de s'imaginer un meilleur scénario en ce jour de Fête nationale que celui de l'élimination de Las Vegas sauf, peut-être, du point de vue des policiers.

Des débordements sont survenus au centre-ville de la métropole lors des célébrations du 7 juin dernier, alors que le CH venait de balayer la série contre les Jets de Winnipeg. Si la Sainte-Flanelle venait à l'emporter le soir de la Saint-Jean-Baptiste, le SPVM en aura fort probablement encore plein les mains.



Est-ce qu'il va y avoir plus de surveillance?

Bien entendu. Le SPVM a effectué une planification et préparation conséquente à ce type d'événement. Il prévoit déployer des policier.ères des postes de quartier ainsi que des agent.es des unités d'intervention, selon ce qu'a appris Narcity.

Une section nommée « planification opérationnelle », spécialement dédiée aux festivités, prépare cette soirée depuis déjà quelque temps.

« Ça fait plusieurs jours que cette section-là travaille très fort pour organiser le déploiement policier en vue non seulement de la Saint-Jean, mais en plus du match décisif du Canadien », a confirmé Manuel Couture du SPVM.

Sur les lieux, des policier.ères à vélo, en voiture et à cheval tenteront de contenir les milliers de fêtard.es attendu.es.

« On est constamment en train de s'adapter. Il y a une différence entre sauter de joie, crier et briser des choses. [...] Oui, il peut y avoir un déploiement policier avec casques, bâtons et boucliers », indique l'agent Couture.

Quels sont les dangers à surveiller?

Peu importe l'issue du match, le corps policier pourrait voir des débordements. Les foules ont souvent un effet d'entraînement, alors le SPVM demeura très attentif à tout débordement, selon ce qu'explique le policier.

« Les gens ont le droit de fêter et d'être contents. Mais si on a une démonstration de joie de 10 000 personnes au centre-ville [...] le problème c'est qu'il peut y avoir une cinquantaine ou une centaine de personnes qui profitent de l'effet de foule pour briser des commerces, s'attaquer aux policiers, se battre entre eux », ajoute-t-il.

Le SPVM prévient également la population des dangers des feux d'artifice qui peuvent « être extrêmement dangereux », surtout en plein centre-ville. Outre le fait d'enflammer quelque chose, les feux d'artifice peuvent ressembler à des coups de feu et causer des piétinements au sein d'une foule apeurée.

Est-ce que les mesures sanitaires sont un enjeu?

Les policier.ères seront aux aguets par rapport aux mesures sanitaires, bien que cela puisse sembler être une mission coriace dans pareilles circonstances. Ceux-ci ont d'autres situations à surveiller, rappelle Manuel Couture, telles que les infractions du Code criminel, du Code de la sécurité routière et des règlements municipaux.

« Est-ce possible de faire respecter les mesures sanitaires à 10 000 personnes qui, spontanément, dans un très court laps de temps, décident de sauter de joie, de se faire des câlins, je vous dirais que c'est tout un défi. C'est extrêmement difficile », affirme-t-il.

À noter que l'écriture inclusive est utilisée pour la rédaction de nos articles. Pour en apprendre plus sur le sujet, tu peux consulter la page de l'OQLF.


Restez informé
Reçoit quotidiennement les dernières nouvelles de Montréal, dans ta boîte courriel.