Connexion
FR - Marché immobilier

Cette mini-maison au bord de l'eau à moins de 1 h de Montréal est à vendre pour 349 900 $

Pour ceux qui rêvent d'un cocon plus minimaliste.

Si tu as toujours rêvé de vivre dans une mini-maison au lieu d'un énorme palace, il y en a une située sur le bord de l'eau qui est actuellement à vendre à moins d'une heure de Montréal.

Construite en face de la rivière Yamaska, à Saint-Hyacinthe, la propriété configurée sur le long est affichée à 349 900 $.  

La sélection de l'éditeur : Richardson de Big Brother apparait dans ce vidéoclip populaire de David Guetta et Sia

En franchissant la porte d'entrée, les visiteurs arrivent dans le salon qui ouvre ensuite sur la salle à manger et la cuisine, ce qui constitue le rez-de-chaussée.

Geneviève Blais et Jonathan Lehoux | RE/MAX Québec

L'endroit, bâti en 2020, bénéficie d'une belle luminosité avec ses grandes fenêtres et son design épuré clair.

Geneviève Blais et Jonathan Lehoux | RE/MAX Québec

Dans la cuisine, il y a même une grande porte-patio qui donne directement sur la rivière.

Geneviève Blais et Jonathan Lehoux | RE/MAX Québec

À l'étage, une vaste mezzanine combine la chambre principale et une salle de bain, dans un style qui mélange l'industriel et le contemporain. 

Geneviève Blais et Jonathan Lehoux | RE/MAX Québec

Tout en bas, il y a aussi un sous-sol qui n'est pas terminé. Cela dit, les prochains propriétaires pourraient y construire une deuxième salle de bain.

Geneviève Blais et Jonathan Lehoux | RE/MAX Québec

Il s'agit d'un parfait cocon pour accueillir un couple ou des adeptes du mouvement plus minimaliste. 

La mini-maison sur le bord de l'eau

Prix : 349 900 $ 

Adresse : 6000, rue Saint-Pierre O., Saint-Hyacinthe, QC

C'est ici pour l'annonce complète

Reste informé
Reçois quotidiennement les dernières nouvelles pour la ville Montréal dans ta boîte courriel.

Violence par armes à feu : « Montréal n’est pas sécuritaire » selon cette criminologue

« Actuellement, on peut le dire, on a, à Montréal, une guerre de gangs ».

Les jours se suivent et se ressemblent dans la région métropolitaine, alors que les fusillades se font fréquentes. Or, avec cette montée de la violence par armes à feu dans les rues, «Montréal n'est pas sécuritaire » selon la criminologue et sociologue Maria Mourani, créatrice de la première firme privée de criminologie au Québec.

« Actuellement, on peut le dire, on a à Montréal une guerre de gangs », lance d'emblée Mme Mourani en entrevue avec Narcity, qui avance qu'un début d'émergence est survenu dès l'automne 2020. « Ça s'est accentué cet été », a-t-elle poursuivi.

Continuer à lire Show less

La pluie et le tonnerre sont comme la coriandre : soit tu aimes, soit tu détestes. La grande région de Montréal a été frappée de plein fouet par de forts orages et éclairs, réveillant ainsi la population. Plusieurs personnes n'ont pas tardé à réagir sur les réseaux sociaux, faute d'un sommeil interrompu.

Vers 5 h 30, des orages violents ont servi de réveil-matin à plusieurs Québécois et Québécoises, tant à Montréal que dans les régions périphériques. Selon MétéoMédia, ils continueront toute la journée jusqu'en fin d'après-midi et ce, sur tout le sud du Québec et les secteurs longeant le fleuve Saint-Laurent.

Continuer à lire Show less

6 choses à savoir sur Laurence Vincent Lapointe qui a gagné une médaille historique aux JO

Après avoir été blanchie d'accusations de dopage, elle passe à l'histoire!

La Québécoise Laurence Vincent Lapointe a remporté une médaille d'argent à l'épreuve féminine de canoë de vitesse du C-1 200 mètres au treizième jour de compétition des Jeux olympiques de Tokyo, ce mercredi 4 août.

Sur le Canal de la forêt de la Mer, Vincent Lapointe a connu un bon départ, mais s'est finalement fait devancer de 0,854 secondes à la ligne d'arrivée par l'Américaine Nevin Harrison. Malgré tout, l'olympienne est allée plus loin que toute autre Canadienne avant elle, et voici six choses que tu dois savoir sur son parcours.

Continuer à lire Show less

La plongeuse Pamela Ware ne laissera pas sa mauvaise performance en demi-finale du tremplin de trois mètres aux Jeux de Tokyo la définir. Ce 1er août, la Québécoise a livré un puissant message de résilience dans une vidéo publié sur son compte Instagram.

Le 31 juillet dernier, Ware a vu ses espoirs de participation en finale s'envoler suite à son cinquième plongeon, qu'elle dû avorter. Avant même d'effectuer une première vrille, elle a commis un faux pas en saut d'appel et s'est retrouvée trop à l'avant du tremplin. Craignant une blessure, la plongeuse s'est simplement laissée tomber dans l'eau et s'est vue décerner la note de zéro.

Continuer à lire Show less