La pandémie n'aura pas seulement marqué l'année 2020, mais aussi la langue française. Le dictionnaire Petit Larousse illustré a révélé les 150 nouveaux mots qui font leur apparition dans l'édition 2022, et plusieurs d'entre eux sont directement liés à la crise sanitaire.

Comme chaque année, l'arrivée de ces nouveaux termes témoigne des réalités et des enjeux de la société actuelle. On pouvait donc s'attendre à ce que la COVID-19 laisse sa marque dans le langage courant.

La sélection de l'éditeur : Alanis Desilets ne répondra plus à ses demandes de messages sur Instagram et voici pourquoi

Vocabulaire de la pandémie

« Asymptomatique », « cluster », « SARS-CoV-2 », « coronapiste » et « télétravailler » sont quelques exemples de ces mots qui ont fait leur entrée officielle dans le dictionnaire.

Bien entendu, le terme « COVID-19 » a aussi gagné sa place. Et si tu t'obstines sans arrêt avec ton entourage à savoir s'il s'agit d'un nom féminin ou masculin, l'Académie « recommande de dire la COVID-19 », mais il faut noter que « l'emploi du mot au masculin est courant », selon ce qu'on peut lire dans la définition du dictionnaire. Fiou, un débat de réglé!

Après des mois à rester à la maison, le champ lexical du confinement a aussi mérité son officialisation. « Confinement », « déconfinement », « confiné », « confiner », « reconfinement » et « déconfiner » sont maintenant acceptés au Scrabble.

Vocabulaire courant

D'autres mots du langage courant, qui ne sont pas en lien avec la crise sanitaire, ont aussi fait leur apparition dans le Petit Larousse illustré de 2022.

Parmi ceux-ci, on compte « mocktail », les fameux cocktails sans alcool, ainsi que « émoji » qui est décrit comme une extension plus élaborée des émoticônes.

Les mouvements sociaux de la dernière année aura aussi eu un impact alors que l'adjectif « racisé.e », s'inscrit dorénavant dans le dictionnaire et se dit de quelqu'un qui est l'objet de perceptions ou de comportements racistes.

Les québécismes de 2022

Pour la nouvelle édition, quatre mots typiquement québécois ont été sélectionnés : échouerie, bien-cuit, nounounerie et vigile.

Le premier se définit comme un « rivage propice au rassemblement de colonies de mammifères marins » , tels que des phoques.

Le « bien-cuit » est un terme assez connu ici, qui est en fait la traduction du roast et qui fait référence à un discours un peu moqueur pour honorer une personne.

Si l'insulte « nounoune » est apparue dans le dictionnaire en 2020, elle vient dorénavant avec son action, soit de faire des nounouneries, ce qui signifie une bêtise ou une stupidité.

La vigile reflète les événements plutôt sombres que les Québécois ont vécus dans les derniers mois alors qu'on utilise ce terme pour définir un « rassemblement de personnes organisé pour commémorer un événement, généralement tragique », peut-on lire dans le Larousse, citant en exemple les féminicides. Rappelons que des vigiles ont été organisées notamment suite à la mort des fillettes Norah et Romy, ou encore de Joyce Echaquan.

*Photo de couverture utilisée à titre indicatif seulement.