Malgré les controverses et opinions partagées, Olivier Primeau reste l'un des hommes d'affaires les plus influents des milléniaux et de la Gen Z au Québec. Alors que son empire aurait pu s'effondrer lors de l'annulation des événements avec l'arrivée de la pandémie, il a trouvé le moyen de trouver du succès dans un marché qui avait pourtant déjà une forte concurrence : celui des produits de dépanneurs.

Boissons alcoolisées, énergisantes, poutine sur le pouce et maintenant burger au four à micro-ondes, rien n'arrête Primeau. Cette dernière sortie, vendue chez Couche-Tard, attire d'ailleurs la curiosité. Un burger dans le micro-ondes... La question sur les lèvres de tous : mais pourquoi?

On a décidé de mettre cette dernière idée farfelue au test, et voici un avis honnête.

La sélection de l'éditeur : 14 items d'épicerie que tu trouves au Dollarama pour moins cher qu'au Maxi

Le packaging

Izabelle Bee | Narcity

Pour commencer, je dois dire que j'adore et je déteste Primeau pour la même raison; mon Dieu que son branding est fort. Alors que je suis la première à trouver ça ridicule de mettre sa face sur ses produits, je suis aussi très impressionnée par la portée et l'influence de cet homme d'affaires sur les Québécois. Il a développé un mode de vie autour de sa marque, et ça marche. La preuve, c'est qu'il a réussi à me faire acheter un burger à mettre dans le four à micro-ondes.

Son hamburger vient dans une boîte classique de restauration rapide en carton, qui est assez belle, et ledit sandwich est dans un papier avec la caricature d'Olivier.

Une sauce « mystère » est incluse.

Qu'est-ce que ça goûte?

Izabelle Bee | Narcity

Ça, c'est la question qu'on se pose tous. Après avoir cuit le sandwich pendant 60 secondes, j'ai réalisé qu'il contient seulement deux choses : une boulette, et du fromage. On y ajoute ensuite la sauce secrète.

Bien sûr, je suis contente qu'il n'y ait pas eu de légumes frais là-dedans à mettre dans le micro-ondes, mais je dois quand même dire que c'est décevant de devoir garnir ton fast food. J'ai l'impression que si tu achètes un burger sur le pouce comme ça, c'est pour ne pas avoir à faire l'effort de le garnir ensuite.

Je ne sais pas à quoi je m'attendais. Peut-être des cornichons ou des oignons hachés?

Pour moi, cette partie est un turn off, même si j'ai du mal à imaginer comment le burger se serait conservé au frigo avec des sides de laitue-tomate.

La sauce mystère

OK, je dois l'avouer : elle est délicieuse. C'est un genre de mélange de mayonnaise maison, sauce Big Mac et de dijonnaise. Si Primeau la commercialisait individuellement, je l'achèterais sans hésitation.

La boulette

La boulette est aussi satisfaisante et assez généreuse, à ma grande surprise. Elle n'est pas sèche, malgré le type de cuisson. Ce n'est pas la meilleure boulette que j'ai mangée, mais ça peut facilement rivaliser avec les chaînes de fast food populaires.

Le pain

Le pain est là où c'est un peu plus difficile : comme c'est chauffé dans le four à micro-ondes, certaines sections sont un peu sèches, et d'autres sont plus molles. C'était acceptable, mais pas excellent.

Mon avis honnête

Au final, je l'ai mangé en entier. Comme on dit, ça fait la job.

Par contre, je me questionne sur l'utilité de ce produit. Sachant qu'il est vendu 5 $ et qu'il vient sans légumes à l'intérieur, je me demande pourquoi les consommateurs ne feraient pas un arrêt dans un fast food pour avoir quelque chose de plus frais et complet pour le même prix.

La vérité, c'est que j'ai l'impression que c'est quelque chose qui doit être délicieux à la sortie des bars après une soirée un peu trop arrosée, mais ce n'est pas quelque chose que j'irais m'acheter pour l'heure du lunch.

Je dois quand même dire que c'est bien meilleur que la majorité des sandwichs de Tim Hortons, alors je peux comprendre le hype.

La poutine « pause poutine time » d'Olivier

Izabelle Bee | Narcity

Tant qu'à me plonger dans la « bouffe de dépanneur », j'ai décidé de donner une chance à la poutine, aussi vendue chez Couche-Tard pour 5 $. Elle vient dans une boîte de carton, et doit être mise au four à micro-ondes.

Personnellement, j'avais quelques attentes parce que j'avais eu des avis positifs d'amis. Toutefois, j'ai trouvé ça inacceptable. Sans surprise, les frites sont molles et goûtent la bouffe de micro-ondes, et ce n'est pas satisfaisant. On dirait que, tant qu'à me gâter avec une bonne poutine, je vais le faire avec quelque chose de vraiment frais et cochon.

Pour le fromage et la sauce, je n'ai rien à dire. Ça fait « squick-squick » et ça goûte bon. Le problème est vraiment les patates.

Dans les instructions sur la boîte, il y avait aussi l'option « cuisson au four », que je n'ai pas essayée. Est-ce que ça règlerait l'histoire des patates molles? Ce sera pour un prochain test.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement la position de Narcity Media sur le sujet.