De retour devant la cour depuis la semaine dernière pour subir son procès, l'ex-créateur de contenu et personnalité du Web, Dylan Demers, a témoigné ce mardi 22 décembre.

Arrêté en 2019 et répondant maintenant à des accusations de production et de distribution de pornographie juvénile, leurre informatique et harcèlement criminel, l'homme de 25 ans a donné sa version des faits. 

La sélection de l'éditeur : Ce tableau compare le nombre de décès causés par la grippe et la COVID-19 au Québec

Personne ne les tenait avec des menottesDylan Demers

Selon Le SoleilDylan Demers aurait nié certaines allégations concernant les vidéos et photos qu'il aurait partagées.  

Selon les dires de l'accusé à la juge Sandra Rioux, les plaignantes, alors âgées de 13 et 17 ans, étaient consentantes à se faire filmer.

« Personne ne m’a jamais demandé d’enlever une story Snapchat », dit Demers, en ajoutant que tous ceux qui étaient à leurs partys savaient que les images filmées par les influenceurs allaient être publiées. 

Toujours selon les informations du média Le Soleill'accusé aurait aussi nié avoir envoyé une photo de son pénis à l'une des plaignantes ou encore avoir harcelé par courriel l'autre adolescente. 

On rappelle que Dylan Demers et son meilleur ami, Carlos Desjardins, étaient principalement connus pour leurs vidéos sur Facebook et Snapchat dans lesquelles ils faisaient la fête. 

Carlos Desjardins a d'ailleurs écopé d'une peine d'emprisonnement de quatre ans et demi en janvier 2020 pour des accusations du même type que Demers, soit leurre, extorsion et production de pornographie juvénile

Le procès de Dylan Demers se poursuit ce 23 décembre au palais de justice de Québec.