Malbouffe, trouble du sommeil, prise de poids, temps d'écran : la pandémie de COVID-19 aura chamboulé les habitudes de vie des Québécois et Québécoises, plus particulièrement les personnes âgées entre 18 et 24 ans. L'isolement social, incluant le télétravail et le confinement, est l'une des principales raisons de tous ces changements.

C'est du moins ce qui ressort d'une récente étude publiée par l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) ayant comme objectif de documenter les changements observés pendant la pandémie sur divers points chez la population adulte du Québec, comme la qualité du sommeil, la pratique d'activité physique ou la préoccupation à l'égard du poids.

La sélection de l'éditeur: La Ronde ouvre ce mois-ci et ça ne fait pas l'affaire des proprios de bars et restos

L'étude en question mentionne que les habitudes de vie des 18-24 ans « semblent particulièrement touchées par les conséquences de la pandémie », et que ce groupe d'âge « mérite donc une attention particulière pour s'assurer que les mesures de mitigation mises en place pour améliorer les habitudes de vie leur soient adaptées ».

Près d'un Québécois âgé entre 18 et 24 ans sur deux a avoué que la qualité de son sommeil avait diminué depuis le début de la pandémie, alors que leur consommation à base de malbouffe a augmenté, tout comme leur tour de taille.

Voici un aperçu des données concernant les 18-24 ans:

  • 44 % ont vu la qualité de leur sommeil diminuée;
  • 52 % ont diminué leur activité physique;
  • 73 % ont augmenté leur temps d'écran;
  • 38 % consommé plus de malbouffe;
  • 52 % se sont préoccupés davantage de leur poids