Dans une vidéo YouTube publiée le 29 janvier, les co-propriétaires de POP Underwear, Vahiné Lefebvre et Jessika Dénommée dévoilaient qu'elles ont été victimes d'une fraude de 100 000 $ par leur bon ami et agent. Environ trois semaines plus tard, Jessika explique qu'elle a finalement décidé d'entamer des procédures judiciaires. 

Dans leur témoignage, les entrepreneures expliquaient que c'est après avoir été amis, puis partenaires d'affaires, avec un certain Alex qu'elles ont commencé à remarquer certains événements suspects. 

« Un moment donné, il a commencé à avoir de la misère à nous payer [...] les excuses commençaient. »

La sélection de l'éditeur : Les rapprochements entre Lysandre et Claude dans le dortoir dérangent à Big Brother

En poussant les recherches, elles ont finalement découvert que l'homme qui faisait partie de leur cercle d'amis très proches depuis des mois avait menti sur son identité.

Elles ont trouvé son vrai nom, et par le fait même que plusieurs médias le caractérisent « [d'] arnaqueur et [de] fraudeur en série. »

Nous avons parlé avec un avocat au criminel pour voir si notre dossier était assez solide.Jessika Dénommée 

Il cumulerait les victimes depuis 2012, selon les influenceuses, et aurait jusqu'à aujourd'hui 17 chefs d'accusation contre lui.

Suite à ces découvertes, les partenaires ne pensaient pas avoir de recours, malgré les milliers de dollars qu'il leur devait, parce que les dernières personnes qui l'ont poursuivi ne semblent pas avoir réussi à ravoir leur agent : 

« Cet argent-là est disparu. » explique Vahiné « On ne sait pas il est où cet argent-là... Rien n'est à son nom. Il n'a pas d'auto, pas de maison, il n'a pas d'argent dans son compte. »

« Personne ne peut vraiment le poursuivre, d'une certaine façon, parce qu'il est comme insolvable. » ajoute Jessika.

Après avoir partagé leur vidéo publiquement, Jessika confirme à Narcity qu'elles ont reçu dix à quinze témoignages de personnes qui se sont fait arnaquer par le même « Alex » ou Ali El-Chami de son vrai nom.

Elles ont ensuite affirmé en story sur Instagram qu'elles désiraient monter un dossier et tenter de régler l'affaire. 

Le 18 février, Narcity a contacté Jessika pour en savoir plus sur les avancements entourant les procédures judiciaires entamées. 

Elle a confié avoir rencontré un avocat au criminel dans le but de savoir si elles avaient suffisamment de preuves : 

«… Il nous est revenu avec un oui. »

Dès les prochains jours, les deux amies risquent ainsi de mettre un plan en action : 

« Donc, la semaine prochaine, nous sommes à la police et nous avons une enquêtrice sur le dossier! »

Jessika se dit contente de savoir que leur dossier pourrait faire avancer l'affaire Ali El-Chami, et prévient tous les entrepreneurs d'être bien prudents.