Connexion
FR - Argent

Voici tout ce qui affecte ta cote de crédit sans que tu le saches au Québec

Oui, elle est touchée, même si tu paies tous tes « bills ».

Cote de crédit: tout ce qui l'affecte au quotidien au Québec

Paiements en retard, des demandes de crédits par-ci et par-là, carence en littératie financière : la cote de crédit, qui reste un concept flou pour plusieurs, peut être affectée positivement ou négativement au gré du temps.

Question d'en savoir plus sur ce qui touche directement ton portefeuille, Narcity s'est entretenu avec Angela Iermieri, conseillère financière et porte-parole chez Desjardins.

Comment fonctionne la cote de crédit?

Pour les néophytes en la matière, il s'agit d'un score qu'une personne obtient selon l'utilisation de toutes les formes de crédit auxquelles elle a droit, comme les prêts personnels, les marges et cartes de crédit, les loyers et les assurances.

Cette cote peut varier entre 300 et 900, 900 étant la note parfaite. Selon Mme Iermieri, « si on s'approche du 700, on a une bonne cote de crédit, dans la moyenne ».

Ce chiffre, disponible auprès des entreprises Trans-Union ou Equifax, démontre le niveau de risque qu'une personne représente pour une entité qui prêtera un montant, comme les banques. Elle s'y réfèrera pour connaitre le risque que tu ne rembourses pas tes dus ou, au contraire, tu rembourses tout.

L'utilisation de ces derniers prend en compte les paiements à temps ou en retard, le niveau d'endettement, l'utilisation qu'on en fait, et si on a bien remboursé ses dettes, précise-t-elle.

Qu'est-ce qui affecte la cote de crédit?

Plusieurs points sont à prendre en considération, en ce qui a trait à cette note. Le nombre de demandes de crédit que l'on fait, par exemple, en fait partie.

« Souvent on prend toutes les cartes qu'on nous offre, mais ne les utilisera pas », donne en exemple la conseillère financière. « Mais même si elles ne sont pas utilisées, les limites de crédits sont considérées, car on pourrait se rendre jusque là. »

Donc, si tu as cinq cartes de crédit de 2 000 $ chacune, mais que tu en utilises qu'une, les banques et toutes autres entités de crédit comptabilisent tout de même une possibilité d'être endetté.e de 10 000 $.

En tout et pour tout, le ratio d'endettement, soit le pourcentage de dette par rapport aux revenus, « va jouer un rôle à savoir si on est trop endetté ou non ».

Selon Mme Iermieri, un solde d'endettement total de 30 % et moins sur ton crédit permis est l'idéal.

Par exemple, si tu as un crédit total de 5 000 $, tu ne devrais pas aller au-delà de 1 500 $ de dettes, soit 30 % du 5 000 $.

À noter que les prêts étudiants sont aussi pris en compte, note-t-elle. « C'est un engagement financier, dans le fond, comme payer sa carte de crédit ou son compte de téléphone. »

Tous les retards de paiements de comptes de 30 jours et plus affectent également la cote et le dossier de crédit.

Est-ce qu'avoir plus d'une carte de crédit a aussi un impact?

Selon Mme Iermieri, le fait d'avoir plus d'une carte de crédit dans son portefeuille a un impact, tant positif que négatif, mais un facteur est plus important : leur remboursement.

« C'est sûr qu'on peut les utiliser à l'occasion, mais il faut prouver qu'on est capable d'en rembourser une partie aussi », mentionne-t-elle. « Si on ne fait que les paiements minimums chaque mois, on démontre qu'on n'a pas été capable de réduire [la dette]. »

Par exemple, si une personne fait un achat important, mais qu'à la fin du mois, elle a déjà appliqué un « montant important » sur le remboursement et que de bons remboursements mensuels sont faits, c'est considéré comme un paiement, ajoute l'experte.

« Si tu atteins à 100 % la limite de crédit, mais que tu la descends en peu de temps à 75 %, c'est sûr que ça l'a un impact [comparativement à] quelqu'un qui est au maximum et qui y reste. »

Comment remonter la pente si je suis au bas de l'échelle?

Angela Iermieri persiste et signe : il faut respecter ses engagements financiers.

« Si une personne n'est plus capable de payer, il faut prendre le téléphone et contacter son institution financière et leur dire "Écoutez, je suis vraiment dans une mauvaise passe, ça ne va pas bien" », dit-elle.

Si tel est le cas, le crédit de la personne endettée sera immédiatement gelé et une entente de paiement « qui a du sens selon les budgets » sur ce qui reste à rembourser sera mise sur pied.

« Plus on attend, plus ça dégénère et la cote de crédit diminue encore plus », lance l'experte financière, ajoutant que « la faillite n'est pas la meilleure des solutions ».

Les jeunes adultes sont-iels endetté.es?

Sans pouvoir donner de chiffres précis, Angela Iermieri mentionne que oui, les « jeunes » sont plus endetté.es.

« Souvent, c'est par inattention, par oublis ou en raison d'une mauvaise utilisation du crédit », dit-elle, stipulant la raison pour laquelle la cote de crédit des moins de 30 ans est plus basse, c'est le manque d'expérience et l'absence d'historique de crédit.

Les paiements mensuels, comme un compte de téléphone ou différents abonnements sont « un bon début ».

Des mythes à abattre entourant la cote de crédit

1. Consulter sa cote affecte le score

« Ce n'est pas vrai », s'exclame la conseillère financière. « On a tous accès à notre dossier. Ce qui nuit, ce sont les demandes de crédit. La vérifier, ça n'a aucun impact. »

2. La consulter une fois et se dire que tout est beau

Angela Iermieri le répète, il est important de vérifier « de temps en temps » sa cote de crédit, « ne serait-ce que pour détecter une erreur, une fraude ».

Tu vois que ta cote a baissé alors que tu n'as rien fait de ton côté; c'est un signe, lance-t-elle. Ou tu te rends compte que tes paiements de téléphone n'ont pas été débités depuis trois mois et qu'on ne t'a pas averti.

À noter que l'écriture inclusive est utilisée pour la rédaction de nos articles. Pour en apprendre plus sur le sujet, tu peux consulter la page de l'OQLF.

Reste informé
Reçois quotidiennement les dernières nouvelles pour la ville Montréal dans ta boîte courriel.

Violence par armes à feu : « Montréal n’est pas sécuritaire » selon cette criminologue

« Actuellement, on peut le dire, on a, à Montréal, une guerre de gangs ».

Les jours se suivent et se ressemblent dans la région métropolitaine, alors que les fusillades se font fréquentes. Or, avec cette montée de la violence par armes à feu dans les rues, «Montréal n'est pas sécuritaire » selon la criminologue et sociologue Maria Mourani, créatrice de la première firme privée de criminologie au Québec.

« Actuellement, on peut le dire, on a à Montréal une guerre de gangs », lance d'emblée Mme Mourani en entrevue avec Narcity, qui avance qu'un début d'émergence est survenu dès l'automne 2020. « Ça s'est accentué cet été », a-t-elle poursuivi.

Continuer à lire Show less

La pluie et le tonnerre sont comme la coriandre : soit tu aimes, soit tu détestes. La grande région de Montréal a été frappée de plein fouet par de forts orages et éclairs, réveillant ainsi la population. Plusieurs personnes n'ont pas tardé à réagir sur les réseaux sociaux, faute d'un sommeil interrompu.

Vers 5 h 30, des orages violents ont servi de réveil-matin à plusieurs Québécois et Québécoises, tant à Montréal que dans les régions périphériques. Selon MétéoMédia, ils continueront toute la journée jusqu'en fin d'après-midi et ce, sur tout le sud du Québec et les secteurs longeant le fleuve Saint-Laurent.

Continuer à lire Show less

6 choses à savoir sur Laurence Vincent Lapointe qui a gagné une médaille historique aux JO

Après avoir été blanchie d'accusations de dopage, elle passe à l'histoire!

La Québécoise Laurence Vincent Lapointe a remporté une médaille d'argent à l'épreuve féminine de canoë de vitesse du C-1 200 mètres au treizième jour de compétition des Jeux olympiques de Tokyo, ce mercredi 4 août.

Sur le Canal de la forêt de la Mer, Vincent Lapointe a connu un bon départ, mais s'est finalement fait devancer de 0,854 secondes à la ligne d'arrivée par l'Américaine Nevin Harrison. Malgré tout, l'olympienne est allée plus loin que toute autre Canadienne avant elle, et voici six choses que tu dois savoir sur son parcours.

Continuer à lire Show less

La plongeuse Pamela Ware ne laissera pas sa mauvaise performance en demi-finale du tremplin de trois mètres aux Jeux de Tokyo la définir. Ce 1er août, la Québécoise a livré un puissant message de résilience dans une vidéo publié sur son compte Instagram.

Le 31 juillet dernier, Ware a vu ses espoirs de participation en finale s'envoler suite à son cinquième plongeon, qu'elle dû avorter. Avant même d'effectuer une première vrille, elle a commis un faux pas en saut d'appel et s'est retrouvée trop à l'avant du tremplin. Craignant une blessure, la plongeuse s'est simplement laissée tomber dans l'eau et s'est vue décerner la note de zéro.

Continuer à lire Show less