Recherche sur Narcity

Québec facilite le processus d'immigration pour les travailleurs étrangers temporaires

La fin du permis de travail fermé en attendant la résidence permanente? 😮

Éditrice junior, Narcity Québec

Alors qu'une pénurie de main-d'œuvre s'est intensifiée avec la COVID-19 au Québec, la ministre de l'Immigration, de la Francisation et de l'Intégration, Nadine Girault et le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, ont annoncé, ce 6 août, la mise en place de trois mesures qui assouplissent le processus d'immigration des travailleurs étrangers temporaires au Québec.

« Nous avons franchi une étape importante pour soutenir le développement économique du Québec, de ses entreprises et de ses régions, et afin de faciliter les démarches des travailleurs étrangers dans leur processus d'immigration. Ce sont des améliorations qui s'inscrivent dans nos efforts pour arrimer le système d'immigration du Québec aux besoins du marché du travail. À cette fin, nous réitérons notre demande auprès du gouvernement fédéral de respecter les cibles d'immigration du Québec en 2021, y compris le rattrapage » a indiqué Nadine Girault, en référence aux milliers de dossiers de résidence permanentes qui sont en attente.

Qu'est-ce que ça change pour le PTET ?

Le Programme des travailleurs étrangers temporaires (PTET) bénéficiera des assouplissements suivants jusqu'au 31 décembre 2023.

Québec prévoit une hausse de 10 à 20 % du nombre de travailleur.ses étranger.es temporaires par lieu de travail dans certains secteurs économiques, notamment pour les postes avec un faible salaire.

La classification nationale des professions (CNP) de niveau C sera acceptée pour être admissible au Programme.

Les professions de niveau D ne seront plus obligées de prouver pourquoi ils recrutent des travailleur.ses temporaires étranger.es à la place de Québécois.es.

Dans quel cas le permis de travail ouvert est envisageable ?

Avant, lorsqu'un permis de travail ouvert touchait à sa fin, les travailleur.ses étranger.es devaient passer par un permis de travail fermé (A75) payé par l'entreprise pour avoir le droit de rester sur le territoire pendant le processus d'immigration. Maintenant, ils pourront bénéficier d'un permis de travail ouvert transitoire (PTOT) en attendant leur résidence permanente.

Pour être admissibles, ils devront avoir reçu le Certificat de sélection du Québec (CSQ) et posséder un accusé de réception régulier de leur demande de résidence permanente de la part du gouvernement fédéral.

Le PTOT permettra uniquement de travailler au Québec, sera valide pendant 24 mois et pourra être renouvelé pour une période d'un an.

Notons que si le visa a été obtenu après le 22 juillet 2020, il faudra réunir 24 mois d'expérience de travail pour pouvoir obtenir le CSQ, qui a un délai annoncé de six mois. Si il a été obtenu avant, ce sera seulement 12 mois d'expérience de travail requis.

Qu'est-ce que c'est le PMI+ ?

Le Programme de mobilité internationale (PMI) prend un coche de plus, puisqu'il est renommé le PMI+ et va permettre de délivrer près de 7 000 permis de travail donnés par l'Évaluation de l'impact sur le marché du travail (EIMT) à certain.es travailleur.ses étranger.es ayant le CSQ mais vivant à l'étranger dans l'attente de recevoir la résidence permanente.

Cette mesure va faciliter l'arrivée des immigrants au Québec et devrait répondre rapidement aux problèmes de main-d'œuvre que traverse la Belle Province depuis quelques années.

À noter que l'écriture inclusive est utilisée pour la rédaction de nos articles. Pour en apprendre plus sur le sujet, tu peux consulter la page de l'OQLF.

    Maïlys Kerhoas
    Éditrice junior, Narcity Québec
    Maïlys Kerhoas est assistante éditrice chez Narcity Québec. Elle est spécialisée en nouvelles locales et réside à Montréal.
Recommandé pour toi

Loading...