Legault ne reconnaît pas le racisme systémique et se fie à la définition du «Petit Robert»

« Il y a plusieurs définitions... »

Éditrice junior, Narcity Québec
Legault ne reconnaît pas le racisme systémique et se fie à la définition du «Petit Robert»

Un peu plus d'an suite à la mort de Joyce Echaquan la coroner Géhane Kamel a rendu publique ses conclusions de l'enquête en conférence de presse à Trois-Rivières. Bien qu'elle recommande au gouvernement de reconnaître le racisme systémique au Québec, François Legault a encore une fois refusé de le faire, ce 5 octobre, citant le dictionnaire Le Petit Robert.

« Suite à la recommandation de la coroner, la question c'est de savoir, est-ce qu'aujourd'hui au Québec il y a du racisme systémique? Vous le savez, il y a beaucoup de définitions des deux mots, mais prenons le mot systémique. Si on va dans Le Petit Robert, systémique, on dit que ça veut dire relatif à un système dans son ensemble », a amorcé le premier ministre, en mêlée de presse.

« Pour moi un système c'est quelque chose qui part d'en haut. Prenons par exemple le réseau de la santé, est-ce que c'est quelque chose qui part d'en haut puis qui est communiqué partout dans le réseau de la santé en disant soyez discriminatoires dans votre traitement envers les Autochtones? Il est évident pour moi que la réponse c'est non. Par contre, je comprends qu'à certains endroits il y a des employés, dans certains cas des groupes d'employés, puis même des dirigeants, qui ont des approches discriminatoires », a-t-il poursuivi.

M. Legault a ensuite souligné qu'il ne minimisait pas la souffrance et la colère des Autochtones victimes de racisme : « Je peux comprendre que, quand ça arrive souvent, qu'on puisse se dire : "Ben voyons donc, il doit y avoir un système organisé par en haut, qui fait que, on traite de façon différente les Autochtones." »

Sans reconnaître la présence du racisme systémique, il a admis qu'au Québec il y a des préjugés, de la discrimination et du racisme.

« Le but c'est qu'on travaille tous ensemble pour combattre les préjugés, la discrimination et le racisme », a-t-il conclu.

Ce que dit le rapport de la coroner

Plus tôt ce 5 octobre, la coroner a affirmé avoir été « ébranlée » par certains témoignages contradictoires au sujet du racisme à l'hôpital Joliette et a indiqué que « la situation clinique aurait pu être réversible s'il y avait eu une surveillance accrue par une infirmière d'expérience, si un transfert plus rapide en salle de réanimation avait été fait ».

Notons que la victime, Joyce Echaquan, s'était filmée sur son lit d'hôpital en train de recevoir des insultes de la part de deux individus du personnel hospitalier. C'est, entre autres, cette vidéo qui a permis de savoir que Joyce Echaquan a subi du racisme.

« Bien que des actions aient été entreprises par le gouvernement, la reconnaissance d'une disparité de traitement est fondamentale », a ajouté Géhane Kamel.

Elle a également mentionné que le racisme systémique ne veut pas dire que tous les Québécois.es sont racistes. Selon elle, c'est plutôt un « système, soit par les préjugés qui sont tolérés, soit par des actes répréhensibles, soit par son inaction, [qui] contribue à banaliser et à marginaliser des communautés autochtones ».

À noter que l'écriture inclusive est utilisée pour la rédaction de nos articles. Pour en apprendre plus sur le sujet, tu peux consulter la page de l'OQLF.

La Ligne d'écoute d'espoir pour le mieux-être offre du soutien et des services d'intervention en cas de crise à tous les peuples autochtones du Canada, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, au 1-855-242-3310 et en ligne sur leur site Web.

Maïlys Kerhoas
Éditrice junior, Narcity Québec
Maïlys Kerhoas est assistante éditrice chez Narcity Québec. Elle est spécialisée en nouvelles locales et réside à Montréal.
Recommandé pour toi
Loading...