Recherche sur Narcity

Santé Canada confirme 2 cas de la variole du singe dans le Grand Montréal

18 personnes sont sous observation.

Journaliste nouvelles, Narcity Québec
Médecin utilisant un stéthoscope.

Médecin utilisant un stéthoscope.

Ce matin, le vendredi 20 mai, la Santé publique de Montréal révélait que 18 personnes étaient présentement en observation en raison de symptômes s'apparentant à la variole du singe, une maladie surtout présente de « façon naturelle » dans les régions de l'Afrique centrale et de l'Afrique de l'Ouest, qui ressemblerait un peu à la variole.

En point de presse, ce 19 mai, la directrice régionale de santé publique pour la région de Montréal, Dre Mylène Drouin, s'était faite rassurante appelant la population à ne pas paniquer face à cette possible éclosion.

Un peu plus tôt cette semaine, le département de la Santé publique du Massachusetts (DPH) avait rapporté un premier cas de l'infection sur une personne qui aurait fait transit au Canada. Eh bien, il semblerait que la maladie est bel et bien arrivée sur le territoire québécois, puisque l'Agence de la santé publique du Canada (ASPC) a confirmé, ce 20 mai 2022, deux nouveaux cas qui résultent des enquêtes effectuées sur les patient.es habitant le Grand Montréal.

Durant la conférence de presse du 19 mai dernier, la Dre Mylène Drouin a tenu à donner de plus amples informations concernant les individus potentiellement contaminés : « Ce sont principalement des hommes âgés entre 30 et 55 ans. [...] L' ensemble des cas pour l'instant ne sont pas des cas sévères ».

Bien que la présence de la variole du singe préoccupe présentement les autorités sanitaires, celle-ci serait peu contagieuse entre humain.es selon l'ASPC : « La transmission de personne à personne de la variole du singe est peu fréquente. Toutefois, lorsqu'une personne en infecte une autre, la transmission a lieu lors d'un contact étroit avec une personne infectée, notamment par contact direct avec des liquides organiques, des gouttelettes respiratoires ou des lésions infectées par la variole du singe ou encore par le partage de vêtements, de literie ou d'objets communs qui ont été contaminés par des liquides organiques ou des lésions d'une personne infectée. »

Tu as donc peu de chance de l'attraper en pratiquant tes activités quotidiennes : « On n'a pas à paniquer à l’échelle populationnelle. Ça prend des contacts étroits. En faisant votre épicerie, en prenant le métro, avec vos activités, il n’y a pas de risque actuellement. », a mentionné Dre Drouin devant les journalistes.

L'enquête se poursuit et les expert.es suivent de très près l'évolution de la situation.

À noter que l'écriture inclusive est utilisée pour la rédaction de nos articles. Pour en apprendre plus sur le sujet, tu peux consulter la page de l'OQLF.

Recommandé pour toi

Loading...