Recherche sur Narcity

L'épidémie de variole du singe peut être contrôlée au Canada selon les experts

« Ce n'est pas la COVID. »

Journaliste nouvelles, Narcity Québec
​Enseigne de l'Organisation mondiale de la santé. Droite : Main avec lésions de la variole du singe.

Enseigne de l'Organisation mondiale de la santé. Droite : Main avec lésions de la variole du singe.

Le 20 mai 2022, l'Agence de la santé publique du Canada (ASPC) a officiellement confirmé deux cas de variole du singe au pays suite à des enquêtes effectuées sur des patient.es habitant le Grand Montréal. Au moment d'écrire ces lignes, 18 personnes seraient en observation au Québec en raison de symptômes s'apparentant à cette maladie.

Dans le cadre d'une entrevue « questions et réponses » sur les réseaux sociaux, les expert.es de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) se sont fait rassurant.es déclarant que la situation peut être maîtrisée dans les pays qui présentent de récentes éclosions de variole du singe.

L'épidémiologiste américaine responsable des unités de maladie émergentes à l'OMS, Dre Maria Van Kerkhove, a tenu à donner plus de détails sur cette récente crise sanitaire en Europe et en Amérique du Nord. « Ce n'est pas la COVID [...] on parle d'environ moins de 200 cas confirmés et suspectés jusqu'à maintenant. Cela peut changer avec le temps et c'est pourquoi il est très important de maintenir une surveillance et pourquoi nous avons levé l'alarme. »

La variole du singe n'est pas une infection nouvelle. En fait, cela ferait plus de 50 ans (1970) qu'elle se propagerait entre humains dans les pays de l'Afrique de l'ouest et de l'Afrique centrale.

Comme le confirme l'ASPC, il est très important de noter que ce n'est pas une maladie transmissible sexuellement. En effet, celle-ci se propage, entre autres, de peau à peau s'il y a une lésion contenant l'infection, ou par des fluides corporelles, dont les gouttelettes respiratoires, et c'est pourquoi elle peut être transmise lors d'une relation sexuelle.

« La transmission de personne à personne de la variole du singe est peu fréquente. Toutefois, lorsqu'une personne en infecte une autre, la transmission a lieu lors d'un contact étroit avec une personne infectée, notamment par contact direct avec des liquides organiques, des gouttelettes respiratoires ou des lésions infectées par la variole du singe ou encore par le partage de vêtements, de literie ou d'objets communs qui ont été contaminés par des liquides organiques ou des lésions d'une personne infectée. »

L'OMS travaille présentement avec les autorités sanitaires à travers le monde afin de juguler la maladie et reste vigilante concernant l'évolution de la situation.

À noter que l'écriture inclusive est utilisée pour la rédaction de nos articles. Pour en apprendre plus sur le sujet, tu peux consulter la page de l'OQLF.

La photo de couverture de droite est utilisée à titre indicatif seulement.

Recommandé pour toi

Loading...