Recherche sur Narcity

Bryan McCormick, l'ex d'Élisabeth Rioux, est condamné à 6 mois de prison

Une peine de détention ferme pour « démontrer que la société ne tolère pas la violence conjugale ».

Éditrice, Narcity Québec
​Bryan McCormick.

Bryan McCormick.

Après des mois de procédures judiciaires, le dossier de l'ex-conjoint d'Élisabeth Rioux, Bryan McCormick, était de retour devant le tribunal, le mardi 5 juillet 2022, pour la prononciation de la peine. Celui qui a plaidé coupable à des accusations de voies de fait et de menaces de mort en matière de violence conjugale a été condamné à six mois de prison.

L'accusé s'est présenté au palais de justice de Saint-Jérôme pour recevoir sa sentence. C'est suite aux représentations des deux parties que la juge Nancy McKenna a établi que la peine proposée était raisonnable. L'accusé devra donc purger six mois de détention ferme, en plus d'une probation de trois ans avec suivi psychologique en matière de gestion de colère et d'émotions.

L'un des objectifs principaux de cette sentence est la dénonciation et dissuasion pour notamment « démontrer que la société ne tolère pas la violence conjugale », d'après ce qu'a mentionné la procureure de la Couronne Me Fanny Dubois-Grondin.

« Le message clair que le tribunal envoie, c'est qu'on vous met à l'écart de la société pour un temps, pour dénoncer ce genre de crime qui est grave », a ajouté la juge en affirmant qu'il y a effectivement un virage en matière de violence conjugale avec une augmentation des peines plus sévères.

Tout en misant également sur la réhabilitation de l'accusé après sa libération, le tribunal a reconnu les efforts des deux parties pour privilégier la quiétude et la sécurité de la victime. Rappelons qu'un exposé conjoint des faits été présenté en décembre 2021 lors du plaidoyer de culpabilité de Bryan McCormick. Élisabeth Rioux n'a donc pas eu à témoigner dans le dossier. Elle n'était d'ailleurs pas présente lors de l'audience de ce mardi.

Parmi les conditions que l'accusé devra respecter pendant les trois prochaines années de probation, on compte entre autres s'abstenir de communiquer directement ou indirectement avec Élisabeth Rioux et les membres de sa famille immédiate, ne pas être en présence physique de celle-ci, ne pas la harceler, l'importuner, la molester ou l'épier, ne pas faire référence directement ou indirectement à Mme Rioux sur quelque média social que ce soit.

Les événements pour lesquels l'homme de 29 ans était accusé sont survenus sur une période de presque un an, entre novembre 2019 et septembre 2020. La juge McKenna a alors reconnu, en se basant sur le résumé des faits, qu'une dynamique de violence conjugale s'était incrustée et c'est pourquoi l'accusé devra également compléter une thérapie avec de l'aide professionnel.

On rappelle à toute personne victime de violence ou connaissant une personne en détresse que plusieurs ressources existent, comme SOS violence conjugale (1-800-363-9010).

La photo de couverture est utilisée à titre indicatif seulement.

Recommandé pour toi

Loading...