Recherche sur Narcity

Élisabeth Rioux brise le silence sur la sentence de son ex Bryan McCormick

Il a été condamné à 6 mois de prison.

Rédactrice, Narcity Québec
Bryan McCormick. Droite : Élisabeth Rioux.

Bryan McCormick. Droite : Élisabeth Rioux.

Le 5 juillet 2022, Bryan McCormick, l'ex-conjoint de la femme d'affaires et créatrice de contenu Élisabeth Rioux, a été condamné à une peine de six mois de prison après avoir plaidé coupable à des accusations de voies de fait et de menaces de mort en matière de violence conjugale envers celle-ci. Le 19 juillet, la propriétaire de Hoaka Swimwear et Hoaka Apparel a brisé le silence au sujet de cette sentence dans une publication partagée sur Instagram.

C'est le 19 novembre 2021 que, lors d'une série de stories, Élisabeth a pour la première fois parlé publiquement du fait qu'il avait été violent envers elle, tout en dévoilant des photos de blessures causées par ce dernier.

La jeune maman, qui ressentait qu'elle devait s'exprimer sur le sujet, avoue que ce n'est pas chose facile :

« Je n'ai pas de mots, pas de sentiments (ou juste trop?)… J'aimerais être celle qui est forte et qui dit "Wow nous l'avons fait", mais je me sens aussi coupable de ne pas en faire assez. Lorsque c'était le temps de la sentence au tribunal, j'avais tellement peur et je voulais tout arrêter. »

Elle précise également qu'elle a peur des répercussions du séjour en prison de Bryan :

« Je n'arrête pas de penser que ça peut aller dans les deux sens : d'un côté, il pourrait aller en prison et prendre le temps de réfléchir pour ensuite devenir une meilleure personne, mais de l'autre côté, il pourrait aussi accumuler de la colère et qui sait ce qui se passera après sa sortie. [...] Ce sont mes seules pensées pour le moment, je me sens vide, effrayée et pas fière. »

Élisabeth termine sa publication en implorant les gens d'arrêter de lui poser des questions à ce propos tous les jours, puisque c'est un sujet sensible et qu'elle voudrait choisir quand y penser et en parler. Elle encourage également tous.tes ceux et celles qui sont préoccupé.es par des situations similaires à la sienne à contacter des programmes d'aide ainsi que leurs proches.

On rappelle à toute personne victime de violence ou connaissant une personne en détresse que plusieurs ressources existent, comme SOS violence conjugale (1-800-363-9010).

À noter que l'écriture inclusive est utilisée pour la rédaction de nos articles. Pour en apprendre plus sur le sujet, tu peux consulter la page de l'OQLF.

Recommandé pour toi

Loading...